Zones industrielles : 5 000 lots encore inexploités

Sur 12 300 lots que comptent les zones industrielles au Maroc, à  peine
6 500 sont opérationnels.
800 ne trouvent pas encore preneur et 5 000 attribués mais jamais valorisés.
Réhabilitation des zones, cahier des charges plus restrictif, plusieurs mesures entreprises, mais le problème reste complexe.

Paradoxal ! Alors que le foncier est  fréquemment avancé par les opérateurs économiques comme un des freins majeurs à l’investissement, il y a aujourd’hui près de 5 800 lots industriels qui sont en souffrance à travers les différentes zones industrielles du pays. Et ce n’est pas un problème de demande puisque sur ces 5 800 lots, 800 lots seulement n’arrivent pas à trouver preneur alors que
5 000 ont été achetés mais n’ont jamais été exploités à ce jour. Ce sont là les derniers chiffres obtenus auprès de la direction de la planification et des études du ministère de l’industrie et du commerce relatifs au programme de réhabilitation des zones industrielles dites d’ancienne génération. Ces zones, plus d’une soixantaine, sont situées dans 33 villes et comprenaient au départ près de 12300 lots, le tout sur une superficie totale de 4 460 hectares. A ce jour, sur les 6 470 lots vendus ou attribués, 5 120 abritent déjà des unités de production tandis que 1 351 sont toujours en cours de construction. Au final, selon le recensement du ministère, le taux de valorisation des terrains industriels se situe aux alentours de 53%. Ce qui est à peine plus élevé que son niveau d’il y a quatre ans. En 2005, en effet, sur 10 800 lots industriels attribués, seuls 3400 étaient opérationnels et 1300 en cours de construction contre 6 000 qui étaient tout simplement inexploités.
Aujourd’hui, le phénomène touche aussi bien les grandes villes que les petites. A Agadir, par exemple, on dénombre 765 lots industriels qui sont inexploités par leurs attributaires. A Casablanca et Fès, on en recense respectivement 579 et 572 parcelles. On en trouve également 248 à Tanger, 392 à Marrakech et 196 à Meknès. Dans les petites villes, la situation n’est guère meilleure. Le cas le plus typique est celui de la zone industrielle de Kelaât Sraghna où, sur un total de 715 lots attribués, seule une centaine est aujourd’hui valorisée.   

10 ans de tentatives qui se sont soldées par de maigres résultats

Depuis quelques années, et plus particulièrement depuis le lancement du pacte d’émergence industrielle par le gouvernement, il y a un an, les pouvoirs publics suivent de très près le dossier, sans parvenir à trouver une solution qui fasse l’unanimité. Et ce n’est pas faute d’avoir essayé, car, en réalité, on tente depuis presque 10 ans de lutter contre ce fléau sans résultat. Successivement en 2000 puis en 2004, des commissions interministérielles avaient été installées pour assainir la situation. Parallèlement, des circulaires avaient été adressées aux gouverneurs et walis les invitant tour à tour à recenser puis essayer de récupérer les lots non valorisés si possible. Cependant, comme l’explique une source à la direction, «il n’est pas toujours facile de récupérer un lot surtout si, entretemps, son attributaire a pris le soin de l’immatriculer en son nom auprès des services de la conservation foncière». C’est ce qui explique, en grande partie, l’absence de résultats depuis toutes ces années.
Mais au ministère on ne perd pas espoir pour autant. L’effort continue mais cette fois-ci en y mettant plus de rigueur. C’es ainsi qu’un fonds de 100 MDH a été alloué en 2008 à la réhabilitation des zones industrielles. Il s’agit, certes, d’un programme lancé depuis 1998 sauf que l’Etat n’y a pas toujours mis les moyens nécessaires.
Pourquoi la réhabilitation ? Parce que, reconnaît-on au ministère, «un nombre important de zones industrielles datant des années 80 et début 90 souffrait d’un gros problème de détérioration des équipements. Plusieurs opérateurs mettent en avant le manque d’équipements comme principale raison de la non-valorisation de leur terrain. Parfois à raison, parfois  à tort».

80% des zones délabrées aujourd’hui réhabilitées

Pour supprimer cet alibi, l’Etat a donc décidé de remplir rapidement sa part du contrat. Aujourd’hui, ce sont 1 875 hectares de zones industrielles, soit 80% de la superficie à réhabiliter, qui ont bénéficié de ce programme, notamment les trois zones de Sidi Bernoussi, Moulay Rachid et Dar Bouazza dans la région de Casablanca, les zones de Taqadoum et Tabriquet à Rabat et Salé ou encore le célèbre quartier industriel Bensouda de Fès. La réhabilitation se fait selon quatre critères précis : l’impact socio-économique du projet sur la région, le niveau de valorisation de l’espace industriel concerné, l’existence d’une association d’industriels et enfin l’implication financière des partenaires tant publics que privés. Lancé en 1998, ce programme n’est pas encore bouclé puisque la réhabilitation de 485 hectares est aujourd’hui en projet dans six villes du Royaume, notamment Rabat, El Jadida, Kénitra, Safi,Tanger et Oujda.
Mais même avec cela, on s’en doute, le problème du manque de valorisation ne serait pas résolu. Et c’est ce qui avait décidé les pouvoirs publics à envisager, en parallèle, d’autres mesures plus draconiennes. De fait, explique la direction de la planification et des études, théoriquement, un opérateur qui prend un terrain industriel dispose de 36 mois pour réaliser l’intégralité de l’investissement projeté. 12 mois après l’attribution, si les travaux n’ont pas été entamés, des pénalités sont exigées, et si au bout de 24 mois rien n’est fait, le lot peut être légalement retiré. Ces conditions n’ayant pas été respectées, l’Etat est aujourd’hui devenu plus rigoureux dans le suivi de la valorisation des terrains industriels. Ainsi, les développeurs-aménageurs de projets d’espaces industriels sont tenus de rendre compte de l’état d’avancement de l’attribution et du niveau de valorisation dès l’enclenchement de la commercialisation des terrains et, surtout, de procéder à la récupération des lots non valorisés dans les délais fixés par les cahiers des charges. Les développeurs sont également tenus de communiquer chaque trimestre au ministère et aux autorités locales l’état des lots attribués, ceux non valorisés et ceux disponibles de manière à pouvoir les proposer à d’autres investisseurs.
Malgré tout, la récupération des lots, bien qu’envisagée, reste difficile à mettre en œuvre pour plusieurs raisons. En plus de la complexité de la procédure d’expropriation, en cas de terrains déjà immatriculés à la conservation foncière, les commissions locales sont souvent confrontées à des problèmes inhérents à l’identité des personnes attributaires. Il est souvent difficile, en effet, pour ne pas dire impossible, de demander à un gros opérateur économique, ayant des relations, à un notable d’une petite localité, un député, un président ou un agent d’autorité de restituer un terrain dont il est attributaire directement ou indirectement par le biais de proches. Le ministère de l’industrie et du commerce n’a finalement d’autres choix que de gérer au mieux ce lourd héritage du passé.