Vision 2010 : des verrous sautent

Financement, promotion : de nouvelles mesures ont été rendues publiques

Les redevances «passagers» et d’atterrissage baissent de 50 à 100 %.

Devenues un rendez-vous incontournable pour les opérateurs du tourisme, les Assises du tourisme, qui ont eu lieu à Ouarzazate du 13 au 15 janvier, se sont, cette année, distinguées par la présence effective de S.M. Mohammed VI et d’un parterre impressionnant de personnalités marocaines et étrangères du tourisme mais aussi du monde des affaires, des banques, des assurances… C’est dire que la prise de conscience générale quant à l’importance de ce secteur comme locomotive du développement économique est bien réelle.
Les intervenants, chacun à son tour, ont dressé un bilan détaillé des avancées enregistrées dans la mise en marche de la Vision 2010. Mais ce qui est à retenir de ces journées, ce sont les annonces faites à trois niveaux : financier, aérien et promotionnel. Des chantiers qui entravaient la concrétisation de ladite vision.
Au niveau du financier, talon d’Achille du contrat-programme passé entre l’Etat et la profession, il fallait à tout prix trouver une formule avec un taux incitatif sur une longue période pour encourager les promoteurs à investir dans le secteur et à créer de nouvelles unités hôtelières. C’est chose faite à présent. Plusieurs banques de la place ont proposé des formules incitatives (voir en page 15).
Sur le volet promotionnel, le nouveau directeur de l’ONMT, Abbas Azzouzi, n’est pas venu les mains vides puisqu’il a annoncé les grandes lignes de sa stratégie, axée sur le marketing. Une stratégie qui s’appuiera sur les recommandations de l’étude relative à quatre marchés prioritaires, en l’occurrence l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et la Grande-Bretagne, commandée au cabinet Michael Porter. L’objectif étant que, d’ici à 2007, le marketing, le produit culturel et l’environnement soient mis aux standards internationaux. De grands chantiers que le nouveau directeur de l’ONMT compte mener de front.

Les lignes aériennes point à point sont encouragées
En ce qui concerne l’aérien, le ministère de l’Equipement et du Transport et l’ONDA ont annoncé de grandes nouvelles pour le secteur, dont la finalité est de rendre la destination compétitive sur le plan du transport. Au niveau international, il est accordé, sur les lignes point à point existantes, pour toute fréquence supplémentaire, une réduction de 50% sur les redevances «passagers». Et pour stimuler l’apparition de nouvelles lignes, une réduction de 50 % pendant deux ans sera accordée sur les redevances d’atterrissage et d’approche pour toute compagnie aérienne qui crée de nouvelles routes point à point.
Parallèlement, et pour accompagner le développement du transport aérien domestique (vols intérieurs), deux autres mesures ont été retenues :
– une exonération sur les redevances «passagers» sur les lignes point à point existantes, pour toute fréquence supplémentaire ;
– une réduction de 50% sur les redevances d’atterrissage et d’approche, et une exonération sur les redevances «passagers», pour toute nouvelle route point à point créée par les compagnies aériennes.
En somme, plusieurs verrous, dénoncés au cours de ces deux dernières années, ont sauté au cours de ces assises qui, de l’avis de tous, ont été une réussite. Sera-t-on dans les délais ? Il faut l’espérer.