Villes nouvelles: le casse-tête des douars

C’est un autre problème qui vient mettre les bà¢tons dans les roues pour les villes nouvelles.

Outre les frictions avec les autorités locales ou les retards de réalisation des équipements publics, les nouveaux noyaux urbains sont actuellement confrontés aux résistances de douars préexistants à leur développement. Il en est ainsi de la ville nouvelle de Tamansourt, à la périphérie de Marrakech, où l’aménagement de la première tranche est bloqué à 95% depuis fin 2010. La superficie restant à aménager et portant tout de même sur 60 hectares n’a pu être développée jusqu’à présent du fait des douars Al Harmel et Aït Ali. Il en est de même pour la ville nouvelle de Chrafate près de Tanger, où les habitants des douars entravent les travaux de construction et d’aménagement.