Ville verte de Bouskoura : Prestigia et CGI maintiennent leurs promesses de premières livraisons en juin

Les associations des propriétaires rapportent un blocage de l’octroi des permis d’habiter en raison du manque d’infrastructures dans la zone. Les promoteurs rejettent toute complication et assurent que les réalisations d’équipements de base vont bon train selon le planning initial.

La ville verte de Bouskoura à Casablanca revient sur le devant de la scène. L’octroi des permis d’habiter à l’ensemble résidentiel connaîtrait un blocage selon les informations rapportées par les associations des propriétaires au sein des programmes de Prestigia et de la Compagnie générale immobilière (CGI), les deux promoteurs actifs dans la zone avec Palmeraie Développement. «Pour les autorités, le site n’est pas habitable et présente un sérieux danger dans le cas où il serait livré dans son état actuel», croit savoir l’Association Bouskoura Golf City (ABGC) rassemblant des acheteurs auprès de Prestigia. Allusion au manque d’infrastructures dont pâtirait actuellement la zone. En réponse, les promoteurs assurent que ces ouvrages vont bon train et qu’ils ne contraignent en rien l’octroi des permis d’habiter.

A rappeler d’abord que les infrastructures de base de l’ensemble résidentiel devraient être prises en charge par un groupement d’intérêt économique (GIE) regroupant les trois promoteurs de la zone. Ce groupement devrait s’occuper en fait de toutes les installations hors site pour un montant d’un milliard de DH avec en première ligne l’aménagement des routes. Sur ce plan, selon le GIE, la voie d’accès au programme de Prestigia longeant la forêt de Bouskoura a été achevée en février dernier avec à la clé un dédoublement et l’installation de l’éclairage public. Devraient suivre pour ce mois de juin l’élargissement à 2×2 voies de la route de Sidi Messoud (RP3020) et l’achèvement des voies structurantes in site de la ville verte. Enfin, selon les éléments avancés par le GIE, les travaux de voirie devraient prendre fin au plus tard en décembre 2013 avec la construction d’un échangeur complet sur l’autoroute Casablanca-Settat ainsi que de routes de prolongement du boulevard de Taddart et de l’échangeur Casa-Rabat en 2×2 voies. Pour justifier ces délais de réalisation, que les propriétaires jugent excessifs «pour des projets qui devraient accueillir leurs premiers habitants très prochainement», les promoteurs rappellent qu’il s’agit de chantiers requérant beaucoup de travail en amont (autorisation des voies par les autorités compétentes, déclenchement des expropriations, réalisation des études…).

Des squatteurs auraient ralenti le programme de Prestigia

Viennent ensuite les infrastructures commerciales et de loisirs (hôtel, centre commercial…) dont la mise en place incombe à chaque promoteur individuellement sur son propre programme et qui ne sont, elles non plus, pas exemptes de problèmes. «Tout cela existe sur les maquettes de Prestigia mais sur le terrain ces engagements sont à ce jour restés lettre morte», assurent les membres de l’ABGC.

«Nous avons démarché différentes enseignes pour leur proposer de s’implanter au sein de notre projet, mais celles-ci ne peuvent arriver avant la clientèle», justifie Jawad Ziyat, président directeur général de Prestigia. De manière générale, M. Ziyat estime qu’«un ensemble résidentiel devant accueillir à terme 40 000 habitants (Ndlr : Population projetée de la zone Bouskoura Ville verte) ne peut se développer du jour au lendemain».  

Tout cela pour dire que les promoteurs rejettent tout blocage pour l’octroi des permis d’habiter à leurs programmes.

Pour étayer leurs propos, ils réitèrent les délais de livraison martelés ces dernières semaines. «Nous livrerons la première tranche de notre projet (Ndlr : portant sur 140 villas bordant la route de Sidi Massoud) ce mois de juin», explique Ali Ghannam, directeur général de CGI. Précisons toutefois que la livraison de cette même tranche a déjà connu un report puisqu’elle devait intervenir en mars dernier (voir La Vie éco du 20 janvier 2012) et même depuis le quatrième trimestre 2011 si l’on se fie aux premières promesses du promoteur.

Idem pour Prestigia dont les premières livraisons devraient intervenir ce mois de juin, selon le management de l’entreprise, non sans un retard patent par rapport au calendrier initial. «Les premières livraisons annoncées et mentionnées sur les compromis de vente des acquéreurs par Prestigia étaient prévues pour décembre 2010 avant de connaître de nombreux reports», rappelle à ce titre l’ABGC. Tout en concédant l’important retard dont ont pâti les acheteurs, M. Ziyat évoque des événements qui ont considérablement ralenti la production du programme. D’abord le terrain devant accueillir la première tranche a été occupé par des squatteurs dont l’expulsion a duré près de 18 mois, explique-t-on auprès de Prestigia. Ensuite, la résiliation du contrat avec l’entreprise espagnole GMD qui devait initialement s’occuper d’une tranche du programme a à son tour retardé les travaux de dix mois.

Au final, la toute première tranche du projet cumule actuellement un retard de 16 mois, selon les simulations de Prestigia, mais celle-ci ne regroupe que 6% des acheteurs du programme, fait savoir M. Ziyat. Une deuxième tranche concernant 35% des acheteurs devrait connaître un retard de 3 à 6 mois. Enfin, 19% des acheteurs devraient être livrés dans les temps, et 40% devraient même pouvoir bénéficier de leurs logements à l’avance. En tout, Prestigia espère livrer l’intégralité de son projet d’ici fin 2015.