Viandes rouges : la filière a généré un chiffre d’affaires de 27 milliards de DH

• La production a augmenté de 51,5% à 606 000 tonnes à fin 2019.
• Les investissements ont atteint 1022 MDH.
• Plusieurs chantiers sont en cours, à l’instar de la mise en œuvre des résultats du schéma directeur relatif aux abattoirs et marchés des bestiaux prioritaires.

Tout comme les autres filières, celle des viandes rouges a bénéficié d’un programme spécifique qui rentre dans le cadre du Plan Maroc Vert. Parmi ses objectifs : augmenter la production et donc la consommation, à travers l’amélioration de la productivité. Ainsi, le chiffre d’affaires généré par la filière a atteint 27 milliards de DH, pour une valeur ajoutée de 15 milliards en 2019.
Avec une production de 606 000 tonnes à fin 2019, la filière a réalisé un bond de 51,5% par rapport à 2008, année prise comme référence avant le PMV. Elle a accaparé de lourds investissements, de l’ordre de 1022 MDH, contre seulement 169 MDH sur la même période d’étude. Cette décennie a nécessité 44 millions de journées de travail et a affiché une productivité de 601 DH/jour de travail.
De 2009 à 2019, l’interprofession a essayé tant bien que mal de mettre l’accent sur la valorisation de la filière. Elle compte ainsi 5 abattoirs modernes d’une capacité totale de 60 000 tonnes/an, 57 ateliers de découpe, 92 établissements de transformation des produits à base de ENCviandes, 24 boyauderies, 26 ateliers de boucherie et 34 ateliers de préparation de viandes hachées. Tout cela pour un investissement de 482 MDH.
Le PMV a accordé plusieurs subventions à différentes échelles. Elles ont concerné l’acquisition de matériels d’élevage tels que broyeurs, mélangeurs, unité d’aliments de bétails annexée à la ferme, ensileuses, mélangeur distributeur ; l’acquisition de matériels d’insémination artificielle tels que conteneurs de conservation de semences, kit d’IA, vêleuses…; la construction de bâtiments d’élevage tels que les étables modernes ou traditionnels, bergeries, chèvreries ; la production des reproducteurs sélectionnés (bovins, ovins, caprins) ; la construction et l’équipement des abattoirs de viandes rouges, des unités de découpe de viandes rouges et celles de transformation des viandes rouges.
A côté de cela, plusieurs chantiers sont en cours de réalisation dont notamment la mise en œuvre des résultats du schéma directeur relatif aux abattoirs et marchés des bestiaux prioritaires, la poursuite de la mise en œuvre des programmes d’amélioration génétique afin d’augmenter la productivité du troupeau, l’identification du cheptel et l’encouragement de l’exportation des produits de la filière. La filière œuvre avec le ministère de l’agriculture afin d’élaborer un contrat programme fourrage ; entend poursuivre la réalisation des programmes de formation au zoopole (centre de formation de Ain Jemaa, situé à Casablanca) et prévoit aussi de concevoir et d’accélérer les programmes de recherche et développement.