Valtronic occupée par ses ouvriers : l’opérateur menace de quitter le Maroc

Une quarantaine d’ouvrières bloquent l’accès de l’usine pour exiger la réintégration d’une consÅ“ur licenciée.
Elle est accusée d’avoir frauduleusement signé des documents de la mutuelle.

Valtronic Technologies, usine d’assemblage de matériel électronique et médical implantée à Berrechid, est occupée depuis une semaine par une quarantaine d’ouvrières qui exigent la réintégration d’une consœur licenciée pour faute professionnelle grave, selon la direction de la société. «Cette employée s’est permis de signer des documents de la mutuelle à la place de la direction. Nous l’avons licenciée et avons intenté une action en justice pour falsification de documents. Nous sommes dans notre droit !», explique la direction qui dit ne pas comprendre la solidarité «démesurée» des autres ouvrières et encore moins la passivité des autorités locales de Berrechid qui refusent de se rendre sur les lieux pour constater l’occupation de l’usine.
Le bureau syndical de l’entreprise, affilié à l’Union marocaine du travail (UMT), confirme les propos de la direction générale et estime que «le licenciement est justifié». Les syndicalistes craignent la fermeture de l’usine et invitent les autorités locales à intervenir pour préserver les 500 emplois fournis par l’entreprise. Jointe au téléphone par La Vie éco, l’employée licenciée, elle, donne une autre version des faits. Elle souligne que l’ancien DG de la société l’avait habilitée à signer les documents en question et que son renvoi est lié à sa décision de quitter le bureau syndical de l’UMT, pour créer un autre bureau, affilié, lui, à l’Union des syndicats démocratiques.

Un chiffre d’affaires de 1,7 MDH perdu par semaine
Pour lever le blocage et prévenir les risques d’affrontements entre les grévistes et les non grévistes, Valtronic Technologies a porté plainte pour occupation du lieu de travail. Le tribunal de première instance de Berrechid s’est prononcé, lundi 18 mai, pour l’évacuation de l’usine, mais la décision n’a pas encore été exécutée. La situation est d’autant plus inquiétante que les expéditions à l’étranger qui se font à un rythme hebdomadaire sont perturbées. La cargaison qui devait être livrée le 15 mai n’a pas pu l’être, occasionnant une perte de chiffre d’affaires de 150 000 euros, (soit 1,7 MDH environ), selon la direction de l’entreprise. Si le blocage persiste, la société continuera de perdre autant, toutes les semaines.
De plus, les grévistes empêchent l’accès de l’usine aux camions transportant les intrants, ce qui signifie, selon la direction de Valtronic Technologies, que les commandes programmées ne pourront pas être réalisées. «Si l’on n’expédie pas les commandes ce vendredi 22 mai, nous serons dans l’obligation d’arrêter la production. Notre maison mère implantée en Suisse envisage même une délocalisation de l’usine en Tunisie ou dans un pays de l’Est. Ce qui est déplorable après une présence de 20 ans au Maroc !», disent les responsables de l’entreprise. Les autorités locales que nous avons cherché à joindre sont aux abonnés absents.