Une usine de production de deux-roues électriques s’installe à  Oujda

Dénommée Sylandys, la société a déjà  fabriqué plusieurs unités qui sont en cours de test. L’engin est décliné en différents modèles vendus à  partir de 6 000 DH. L’entreprise s’appuie sur les distributeurs de deux-roues, mais compte monter son propre réseau, physique et en ligne.

Ils sont quatre associés belgo-marocains à avoir créé Sylandys, une unité de montage de cyclomoteurs électriques installée à Oujda depuis 4 mois. Grâce aux compétences qu’ils ont chacun acquis dans leur spécialité, ils forment ensemble une équipe pointue. L’usine, qui emploie une quinzaine de personnes, a nécessité un premier investissement d’un peu plus de 4 MDH. Depuis le démarrage, plusieurs unités en cours de test sont fabriquées. Pour ses débuts, Sylandys, marque déposée à l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC), a tablé sur plusieurs modèles différents en fonction de la clientèle, de l’utilité finale et des critères spécifiques du deux-roues en question, tels que le poids, la puissance, l’autonomie ou encore le design. Le marché est segmenté en plusieurs cibles : «entrée de gamme», «utilitaires pour professionnels», «spéciaux» (pour handicapés notamment), «sportifs», et «haut de gamme». A titre d’exemple, le prix d’un modèle «entrée de gamme» sera fixé entre 6 000 et 7 000 DH HT. «A qualité et performance égales, les modèles en Europe sont vendus autour de 17 000 DH», tient à préciser le management. En plus du grand public, Sylandys ambitionne de séduire les administrations et grandes entreprises publiques, telles que Poste Maroc, ou encore les grands groupes privés disposant de flottes. «Nous leur offrirons des conditions avantageuses comme le leasing, le financement à taux zéro, le discount sur la vente groupée voire l’extension de garantie», annonce la direction. L’entreprise va s’appuyer sur les distributeurs de deux-roues en place, mais compte développer son propre réseau, physique et en ligne.

Les marchés étrangers en ligne de mire

«Notre projet résout à la fois le problème de la mobilité, réduit les émissions de gaz à effet de serre et limite les nuisances liées à la circulation des véhicules avec des avantages économiques non négligeables», résument ainsi les quatre associés. Equipés de batteries Lithium-Ion d’une autonomie comprise entre 40 et 100 km, l’engin associe un châssis de type cyclomoteur à un moteur propulsé par de l’énergie électrique stockée dans les batteries. La recharge s’effectue en 6 heures maximum à partir d’une prise secteur. Pour démarrer la commercialisation, une opération de promotion sera menée directement auprès des distributeurs comme à travers un site de deal. Sylandys est également en train de négocier avec divers partenaires pour financer son installation au Technopole d’Oujda et son développement à l’export. Le potentiel du marché est significatif. D’après une étude de Pike Research, le nombre de scooters et motos électriques en circulation à travers le monde pourrait passer de 17 millions en 2011 à 138 millions en 2017.