Une TPE veut rehausser la cote des machines Made in Morocco

Smart Industrial Technology a fabriqué une imprimante 3D et une machine pour l’impression textile à partir de composants majoritairement marocains. L’entreprise se heurte au manque de confiance de l’utilisateur local dans le Made in Morocco malgré des prix abordables.

Des machines d’impression 3D ou d’impression textile Made in Morocco. Cela peut paraître inimaginable. Pourtant, un entrepreneur marocain l’a fait. Mhammed Jamil, ancien technicien spécialisé dans l’automatisme industriel, s’est associé à un Marocain résident en France (évoluant dans le secteur aéronautique) pour créer Smart Industrial Technology (SIT). La TPE casablancaise a commencé son activité en septembre 2014. Au début, l’idée était d’accompagner le secteur de l’affichage urbain, particulièrement les 4×3, par la fabrication de machines à impression dédiées. L’entrepreneur a vite déchanté, le marché étant accaparé par quelques opérateurs. Il s’est donc rabattu sur la machine à impression 3D.

Après les études et 4 machines spécimens à la casse, la société réussit à fabriquer la première imprimante 3D marocaine. «Les matériaux utilisés pour l’assemblage et la mécanique sont locaux. Le reste, c’est-à-dire 40% des composants, sont importés. A titre d’exemple, la tête d’impression est importée de la marque japonaise Epson, seule à fournir ce type de produits dans la profession», explique Mhammed Jamil. Vendue à 5 000 DH pièce, l’imprimante a déjà trouvé ses premiers clients, à Tanger et Casablanca.

La fabrication d’automates est le prochain projet

SIT espère diversifier les utilisations. Elle entend alors convaincre les boulangeries pâtisseries à utiliser sa machine pour la confection de gâteaux avec une encre alimentaire spéciale (ink food). Mais le chemin est encore long pour convaincre une clientèle encore réticente au produit marocain.
Mhammed Jamil ne baisse pas les bras pour autant. Il a investi un autre créneau industriel, en l’occurrence le textile pour lequel une machine à impression a été développée. Sa particularité, la simplicité d’utilisation. Destinée à des ouvriers de confection, elle permet d’imprimer sur le textile et ne nécessite pas d’ajustement selon l’épaisseur du tissu, d’autant plus que la commande est tactile. «En outre, elle fait elle-même son auto-nettoyage d’encre», précise le gérant associé et responsable technique de la TPE. Cette imprimante mise au point après 14 tentatives est à 80% fabriquée avec des composants marocains. «L’importation des composants, l’étude, la découpe, le montage et la soudure sont réalisées par l’entreprise», souligne M.Jamil. Le prix de vente est fixé à 65 000 DH. «Les machines comparables importées des Etats-Unis valent au moins 120000 DH», affirme le gérant de SIT. La différence de prix ne permet pas de convaincre la clientèle locale en raison de ses préjugés à l’égard du Made in Morocco, même si l’industrie a montré son savoir-faire dans l’automobile et l’aéronautique par exemple.

SIT laisse le temps faire son œuvre et lance déjà un autre chantier. «A l’avenir, nous comptons nous concentrer sur les automates, notamment dans la domotique», annonce la même source. Le coup de pouce viendra peut-être d’ailleurs.