Une série de mesures pour réussir la campagne agricole 2017-2018

La superficie destinée à l’irrigation au niveau des grands périmètres est de 594 000 hectares. Le Crédit Agricole fait bénéficier les agriculteurs d’une vaste opération de report des redevances au titre de la campagne 2015-2016.

Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, a lancé, lundi dernier dans la région de Fès-Meknès, la campagne agricole 2017-2018. Et ce, en présence du wali de la Région, du président de la Fédération nationale des Chambres d’agriculture, du président de la Comader, des professionnels du secteur et des agriculteurs. Dans le but de garantir le succès de cette campagne, le ministère a décidé d’une série de mesures concernant plusieurs domaines. La superficie destinée à l’irrigation au niveau des grands périmètres est de 594 000 hectares. Au même moment, le ministère poursuit le programme national pour l’économie d’eau d’irrigation (PNEEI). En somme, 50 000 hectares supplémentaires seront équipés en système de goutte-à-goutte. L’objectif est d’atteindre 420 000 hectares, soit 76% du programme. Les travaux de modernisation du réseau d’irrigation se poursuivent. Ils visent la reconversion d’une superficie de 60 000 hectares en irrigation localisée. Ce qui correspond à 55% du programme.

L’eau demeure une denrée vitale pour l’agriculture et est de plus en plus rare. C’est la raison pour laquelle l’allocation des quotas d’eau d’irrigation (3,22 milliards de m3) bénéficie de l’opération habituelle de planification et de suivi. Le but est d’assurer le démarrage des plantations de céréales et des cultures sucrières et de garantir les besoins en eau pour l’arboriculture fruitière. Dans les régions de Melouya, Tafilalet et Issen qui souffrent déjà de déficit en eau, les quotas seront rationalisés.

Belles réalisations lors de la campagne 2016-2017

Au niveau des semences, les stocks sont évalués à 1,7 million de quintaux. Pour soutenir les agriculteurs, des prix incitatifs seront adoptés. La subvention de stockage sera, elle, maintenue à 5 dirhams le quintal par mois pendant 9 mois sans dépasser 220 000 quintaux. Dans ce cadre, le ministère assure que le système des incitations agricoles (FDA) sera révisé selon les résultats des contrats programmes. Le marché des engrais sera pour sa part approvisionné de plus de 500000 tonnes. Au regard de l’encadrement des agriculteurs, un programme de formation des conseillers agricoles privés sera déployé prochainement. Et pour soutenir les agriculteurs à surmonter les changements climatiques qui ont eu des effets néfastes sur la campagne 2015-2016, le Crédit Agricole va lancer une vaste opération de report des redevances au titre de cette campagne. Le but est de leur permettre de réaliser de nouveaux financements et d’avoir accès à de nouveaux prêts pour la campagne 2017-2018. Une opération automatique pour les petits agriculteurs. Pour les autres, des critères seront adoptés en fonction de leurs capacités financières et de la nature de leur exploitation.

Par ailleurs, le ministre de l’agriculture a rappelé les bonnes performances de la campagne précédente 2016-2017, caractérisée par une pluviométrie importante et régulière (50% plus importante que celle de l’année dernière mais en baisse de 14% par rapport à une année normale). Durant cette campagne, la production céréalière a atteint 96 millions de quintaux (4e meilleure production depuis le lancement du Plan Maroc Vert). En outre, elle a enregistré une augmentation de la production de 5% pour les primeurs, 15% pour les agrumes et 1,2% pour les cultures sucrières, couvrant ainsi 42% des besoins nationaux en sucre. Par contre, la production des olives a enregistré une baisse de production de 26%. Pour les viandes rouges, on note une augmentation de 4% de la production. A niveau de l’export des produits alimentaires agricoles, on note une croissance de 11%. Pour ce qui est des semences, près de 1,84 million de quintaux ont été fournis aux agriculteurs. Le taux d’utilisation des semences a atteint 25% contre 11% avant le lancement du Plan Maroc Vert. Enfin, concernant les engrais, 500 000 tonnes ont été mis à la disposition des professionnels par l’OCP à fin juin, soit 80% du programme arrêté au lancement de la campagne agricole.