Une petite action surmédiatisée

L’opération des départs volontaires n’est en réalité qu’une des huit actions prévues dans le cadre d’une stratégie globale pour la réforme administrative entamée par le gouvernement et pour laquelle la Banque mondiale a accepté d’octroyer un prêt consistant de 100 millions de dollars. Bien que médiatisée à cause de son caractère spectaculaire, ce n’est pas avec les départs volontaires que l’administration marocaine sera réellement réformée. Il existe d’autres actions en cours plus structurantes. L’une d’entre elles, qui succédera justement à Intilaka, est le redéploiement. Là aussi, le gouvernement prévoit des incitations financières pour les fonctionnaires qui veulent se décentraliser. Le tout est de savoir qui redéployer ? vers où ? et pour faire quoi ? Le diagnostic manque cruellement à l’appel