Une multitude de projets touristiques à la province de Figuig, malgré la crise sanitaire

• La province abrite un grand nombre de projets touristiques qui ont profité de la mise en place de la ligne aérienne Casablanca-Bouârfa.
• Ces projets constituent une offre touristique originale, comparée aux autres régions du Royaume.
• Malheureusement, cette ligne aérienne est suspendue à cause de la crise.

Même si la pandémie a sérieusement impacté une dynamique touristique dans la province de Figuig, l’état d’avancement de plusieurs projets qui y sont menés n’a pas été affecté. Ces projets devront permettre de composer une offre touristique totalement différente de ce que proposent les autres régions du Royaume.
En 2018, le problème de l’accès à la province a été résolu avec la mise en place d’une ligne aérienne reliant Casablanca et Bouârfa. Selon plusieurs opérateurs de la région, cette liaison a permis de valoriser grand nombre de nouveaux projets. Certains sont déjà réalisés, d’autres en cours de construction, ou ont été suspendus, en attendant la reprise. Parmi ces projets, l’ANDZOA (Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier), en partenariat avec les Conseils de la région et de la ville de Figuig, a mis en place une unité touristique à Figuig pour prendre entièrement en charge les touristes souhaitant visiter les environs de la ville. «Ce projet a l’ambition de faire connaître le patrimoine géologique de la région. Il a été confié à de jeunes promoteurs qui se chargent d’accueillir les clients qui arrivent à la ville par la route», souligne Jamal Moumni, délégué provincial de l’ANDZOA.
Dans le cadre du programme Kasbah et Ksours, un autre projet a été bouclé également à Figuig. Il consiste à mettre à la disposition des touristes une flotte de vélos afin d’exploiter les circuits de randonnées au sein de l’oasis.
Dans le même élan, deux unités touristiques mobiles ont également été confiées à deux auto-entrepreneurs à Bouârfa et à Talssint. Le premier projet, doté d’une enveloppe budgétaire de 900 000 DH, dont 90% est financé par l’ANDZOA, a permis de lancer un nouveau concept de bivouacs mobiles dans la région.
«Ce premier projet est équipé pour installer des campements touristiques dans la région à la demande des touristes. Il est adapté à la nature des environs de la ville de Bouârfa», poursuit M. Mimouni. En ce qui concerne le deuxième projet, il est en cours de réalisation et devra voir le jour dès la reprise.

Les projets se multiplient
A Bouarfa, les projets touristiques commencent à se multiplier malgré la crise sanitaire. Ainsi, un promoteur local vient de lancer une unité hôtelière dans l’ancien quartier minier de la ville. Ce projet comprend un musée de photographies qui présente l’histoire minière de Bouârfa.
A Bouânane, le Conseil provincial de Figuig, en partenariat avec l’ONDZOA, construisent actuellement une auberge située à Ksar Beni Yatti, à l’image de celle construite à A Ksar Ich, un village collé aux frontières. Cela dit, des complications administratives retardent jusqu’à présent l’ouverture de cette dernière. Par contre, Ksar Ich a déjà connu l’inauguration d’un musée du patrimoine oasien. Le même projet sera dupliqué à Figuig qui aura bientôt son propre musée, actuellement en cours de construction. «Seuls les équipements manquent pour l’instant à ce projet. Ce musée regroupera tout le capital matériel et immatériel de Figuig», précise Jamal Mimouni.

La province souffre de la saisonnalitéCasablanca Bouârfa
La saisonnalité est l’un des plus grands obstacles au développement du tourisme dans la région de l’Oriental, et dans la province de Figuig en particulier. En été, la ville de Figuig devient submergée par les MRE et les touristes. Cela pose le problème de la capacité litière de la ville et de toute la province et tout projet hôtelier devra gérer les longues périodes de basse saison. En tout cas, cela n’a pas découragé les autorités. Un hôtel de 90 chambres est actuellement en cours de construction. Initié par les Conseils de la région de l’Oriental et de la ville, ainsi que par l’ANDZOA, cet établissement est censé contribuer à remédier à un autre problème structurel de la province et de toute la région, à savoir le manque d’infrastructures touristiques.
Parallèlement, le projet de route touristique de Figuig est malheureusement en suspens, car il divise les résidents de la ville. Le ministère de la culture a alerté les autorités quant au risque de mettre en péril le projet de classement de la ville au patrimoine Unesco. Un bureau d’études devra trancher prochainement.