Une enquête nationale pour mieux prendre en charge le diabète

Initiée par la Fédération internationale du diabète et les laboratoires Novo Nordisk, l’opération sera pilotée par la Société marocaine d’endocrinologie, diabétologie et nutrition. Les accidents vasculaires cérébraux, les maladies coronariennes et les artériopathies périphériques constituent la principale cause de décès chez les personnes atteintes de diabète de type 2.

La Fédération internationale du diabète et les laboratoires Novo Nordisk annoncent le lancement de la première étude internationale sur les risques cardiovasculaires chez les diabétiques de Type 2. L’enquête «Prendre le diabète à cœur» est menée en douze langues dont l’arabe et le français dans différents pays dont le Maroc. C’est la Société marocaine d’endocrinologie, diabétologie et nutrition (Smedian) qui pilotera l’enquête locale. Cette enquête s’inscrit dans le cadre des recommandations de la fédération retenues en 2016 et qui visent à alléger le poids de la prise en charge des maladies cardiovasculaires à travers le monde. Les accidents vasculaires cérébraux, les maladies coronariennes et les artériopathies périphériques constituent la principale cause de décès chez les personnes atteintes de diabète de type 2. Selon les dernières estimations de l’OMS et de l’IDF (2016), 422 millions de personnes dans le monde, dont 47% de femmes, sont diabétiques. Les maladies cardiovasculaires figurent parmi les principales causes de décès et d’invalidité dans le monde : chaque année, plus de 17 millions de personnes en décèdent, selon l’Organisation mondiale de la santé.

La moitié des diabétiques de plus de 20 ans ignorent leur maladie

La Smedian a mis le questionnaire à la disposition des patients via les médecins traitants et spécialistes (endocrinologues et diabétologues). Toutefois, l’implication des patients diabétiques de type 2 eux-mêmes s’impose. Ce pourquoi Novo Nordisk et la Smedian lancent un appel et invitent vivement les personnes atteintes de diabète de type 2 à y prendre part en se rapprochant de leurs médecins traitants et cabinets spécialisés.

Au Maroc, environ 2 millions de personnes âgées de plus de 20 ans sont diabétiques, dont 50% ignorent être atteints de cette maladie. Ainsi, 625 000 personnes reçoivent des traitements pour le diabète dans des centres de santé, dont 15 000 enfants. Si l’on ne prend pas les mesures nécessaires pour contrecarrer l’avancée de la maladie, ce chiffre passera à 3 millions en 2030, soit 12% de la population.