Une Chambre marocaine de commerce et d’industrie à  Marseille ?

L’initiateur de l’Association franco-marocaine pour l’industrie veut la transformer à  terme en Chambre de commerce et d’industrie.
L’agrément, demandé aux autorités françaises, devrait être obtenu d’ici 3 à  4 ans.

Si le projet aboutit, ce sera la première Chambre de commerce marocaine à l’étranger. C’est en tout cas l’ambition de Hassan Bouod, un entrepreneur marocain installé dans l’Hexagone depuis une quinzaine d’années et président de la toute nouvelle Association franco-marocaine pour l’industrie, le commerce et les services.
En fait, son idée est de transformer, à terme, dans trois ou quatre ans, sa toute jeune association en Chambre de commerce et d’industrie marocaine qu’il envisage de baser à Marseille. Pour cela, bien entendu, une demande d’agrément en bonne et due forme sera déposée auprès des autorités françaises. Mais pour concrétiser le projet, «l’association devra, au préalable, se transformer en association d’intérêt public», souligne M. Bouod. Ceci suppose une assise financière solide qu’il faudra constituer dans les trois prochaines années, un soutien effectif des autorités marocaines et, surtout, un lobbying continu dont Hassan Bouod entend s’occuper personnellement.
Mais, déjà, des délégués de l’association ont été sélectionnés dans pratiquement toutes les régions de France. «Un choix qui s’est fait, explique M Bouod, selon des critères de compétence et la capacité de mobiliser un réseau efficace pour faire avancer les choses. Ces choix n’ont pas manqué de provoquer quelques grincements de dents dans les milieux MRE, mais l’initiateur du projet reste serein.

Une structure indépendante
«J’explique, dit-il, à mes compatriotes installés en France que le but n’est pas de réunir des personnes sur des critères de copinages, mais bien des gens capables de promouvoir le Maroc à l’étranger et, surtout, d’ouvrir aux petites et moyennes entreprises les portes de certains marchés». Et de poursuivre : «On s’est rendu compte que 95% des petites entreprises qui assistent à des séminaires ou des manifestations à caractère économique n’ont plus personne dès le lendemain pour les accompagner ou leur fournir la moindre information».
Pour lui, les structures associatives franco-marocaines sont taillées sur mesure pour les grands groupes et les petites entreprises se trouvent marginalisées de fait, alors qu’elles sont source de richesse et d’emplois.
M. Bouod est bien conscient que créer une Chambre de commerce n’est pas une chose aisée, car certaines structures similaires existantes se sentent déjà gênées par cette initiative.
Mais, il se prévaut de son réseau patiemment construit et qui se prolonge jusqu’aux plus hautes structures institutionnelles et associatives françaises d’où il a déjà reçu des soutiens et des encouragements.
Le projet a déjà le soutien de la Chambre de commerce et d’industrie de Marseille Provence (CCIMP). Au Maroc, il a reçu l’aval et le soutien du ministère du commerce et de l’industrie et rencontre une grande disponibilité chez l’ambassadeur du Maroc à Paris, annonce l’initiateur.
Mais attention, prévient M. Bouod, il s’agit bien de créer une structure indépendante, au service de l’entreprise, et loin des circuits consulaires et autres.