Un parc industriel et résidentiel sino-marocain dans la région de Tanger

Il sera réalisé sur une superficie pouvant atteindre 2 000 ha à proximité de l’usine Renault de Melloussa. L’investissement s’élève à 10 milliards de dollars.

Lors de la visite royale en Chine effectuée en mai dernier, une série de projets a été annoncée par le Maroc et l’Empire du Milieu. Aujourd’hui, la phase concrétisation est entamée avec le lancement d’un méga projet dans le nord du Royaume. Dimanche 12 juin, une délégation d’hommes d’affaires chinois a fait le déplacement à Tanger où elle a rencontré plusieurs responsables marocains, notamment Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, Mohamed Yacoubi, wali de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima et Ilyas El Omary, président de la même région. Le projet consiste en un parc industriel et résidentiel qui sera réalisé sur une superficie pouvant s’étendre sur 2 000 ha, à proximité de l’usine Renault Melloussa. Ce parc, qui va nécessiter un investissement de 10 milliards de dollars, s’inscrit dans le cadre du mémorandum d’entente signé le 12 mai à Pékin entre le groupe chinois Haite, BMCE Bank of Africa et la société d’investissement de la Chambre de commerce sino-marocaine. Les activités qu’il générera permettront de créer 300 000 emplois. Ce chiffre représente une partie des 85 millions d’emplois que la Chine a décidé de délocaliser dans le monde.

50% du foncier est déjà disponible

Selon Moulay Hafid Elalamy, le premier coup de pioche sera bientôt donné d’autant plus que la région, engagée à assurer le foncier, est parvenue à garantir 50% de la superficie du terrain dédié à sa réalisation. «Le textile, l’automobile et l’aéronautique constituent les vecteurs stratégiques de cette ville industrielle», a indiqué le ministre. Pour Ilyas El Omary, ce futur parc industriel dénote de l’attractivité de la région qui accueille déjà plusieurs multinationales. A noter que ce parc industriel est inspiré de modèles déjà conçus par le groupe Haite en Chine et ailleurs. Outre les unités industrielles, il englobera des résidences, des bureaux et des lieux de loisirs. Selon Li Biao, président de Haite, ce type de projet contribuera à l’amélioration de la compétitivité et la croissance économique du pays en général et de la région qui l’accueille en particulier.