Un marocain sur deux est prêt à  payer un peu plus cher pour une voiture plus écolo

Un sondage effectué au près de 301 adultes à¢gées de 18 à  59 ans.

Au Maroc, les constructeurs automobiles sont de plus en plus nombreux à faire valoir les avancées technologiques rendant leurs véhicules plus respectueux de l’environnement. En matière automobile, qui dit respect de l’environnement, dit émissions réduites en CO2 et autres éléments polluants, mais aussi consommation réduite en carburant. Certes les technologies vertes ont un coût, mais elles présentent des bénéfices indéniables pour tous et chacun.

En règle générale, un consommateur marocain sur deux est prêt à payer un peu plus cher pour une voiture plus propre et moins gourmande en carburant.
Bien qu’un tiers des répondants urbains reste indécis à ce sujet (ce qui est tout de même assez important), près de 60% d’entre eux sont prêts à débourser un peu plus pour ménager la planète et réduire du même coup leurs frais de carburant.

Remarquable, l’engagement de la génération des 25-34 ans envers l’environnement : nouveaux arrivants sur le marché du travail, jeunes mariés, ou jeunes parents, ils sont 57% à se dire prêts à payer un peu plus pour une voiture plus propre… Se sentent-ils plus concernés par les conséquences néfastes de la pollution automobile sur la planète et le bien-être des générations futures ?

À l’inverse, près de la moitié des répondants plus âgés (45-59 ans) sont indécis à ce sujet, et présentent la plus faible proportion de oui, avec 41%.
Autre fait saillant : plus on appartient à une CSP élevée, plus on est prêt à payer un peu plus cher un véhicule moins polluant : pas moins de 100% chez les CSP AB ayant participé à notre sondage, ils sont 77% chez les CSP C1, 55% chez les CSP C2 et tout de même un généreux 38% chez les CSP D/E !
La ville dont l’attitude est la plus écolo : Casablanca, bien sûr, qui souffre plus que tout autre agglomération urbaine de la pollution automobile.

Qu’on se le dise : l’éco-automobiliste est un homme, plutôt jeune et riche, et habite Casablanca.

(*) Sondage réalisé pour le compte de La Vie éco par Synovate Market Research et Drive Dentsu en octobre 2010.