Un Marocain bancarisé sur dix est client de deux banques

Chaque particulier bancarisé détient en moyenne 1,7 compte bancaire. Selon le cabinet, le taux de bancarisation en milieu rural est de 24% contre 45% dans les villes. Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra et Marrakech-Safi sont les régions les plus bancarisées.

Mis à part le taux de bancarisation officiel de 71% établi par Bank Al-Maghrib au niveau national, on en sait finalement peu sur le rapport des Marocains avec le secteur bancaire. Une récente enquête du spécialiste des études marketing Kantar TNS (menée auprès d’un échantillon de 1 003 marocains âgés de 18 ans et plus) permet de s’en faire une idée plus précise. Déjà, celle-ci fait état d’un taux de bancarisation en s’appuyant non seulement sur le nombre de comptes bancaires au niveau national, tel que calculé dans la statistique officielle, mais aussi sur le nombre de clients individuels de banques. Pour calculer cette donnée, le cabinet a retraité le nombre de comptes ouverts (24,2 millions à fin juin 2017) pour prendre en compte la multi-bancarisation. Il a ainsi établi qu’un Marocain bancarisé sur 10 est client de 2 banques et qu’un Marocain bancarisé détient en moyenne 1,7 compte bancaire. Sur cette base, il ressort que les 24,2 millions de comptes ouverts actuellement auprès des établissements ne sont en fait détenus que par 12,6 millions de Marocains, ce qui implique que ce n’est en fait que 37% de la population qui a accès aux services bancaires.

On en sait un peu plus aussi sur le profil de cette clientèle. En milieu rural, le taux de bancarisation est de 24%, ce qui n’est finalement pas si éloigné que cela des 45% observés en ville. On apprend aussi que 54% des hommes ont un compte contre environ 25% des femmes.

Rabat plus bancarisée que Casablanca

Par ailleurs, l’enquête confirme que la bancarisation est avant tout une question de pouvoir d’achat.

L’on est en effet nettement plus bancarisé que la moyenne dans les classes supérieure et moyenne supérieure, tandis que la classe intermédiaire inférieure est à peine dans la moyenne nationale. Il apparaît aussi que c’est parmi les 45 ans et plus que les banques font l’unanimité. La clientèle âgée de 25 à 45 ans est tout juste dans la moyenne nationale tandis que les jeunes (entre 18 et 24 ans) demeurent sous-représentés.

Du point de vue territorial, les régions de Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra et Marrakech-Safi sont les plus bancarisées. Mais elles ne sont pas à classer dans cet ordre car il ressort de manière surprenante que Rabat devance Casablanca. Selon les auteurs de l’étude, cela est encore une fois à lier à des considérations de pouvoir d’achat : la capitale économique, même si elle fait le plein en termes de densité de population, demeure caractérisée par de moindres niveaux de revenus en moyenne.