Trois projets gagnants au cœur

Le projet de l’architecte Abderhani Fenjiro arrive en tête – parmi 140 retenus pour la région Afrique et Moyen-Orient – du premier concours mondial pour la construction
durable, lancé par la fondation Holcim.
Pour le Maroc, deux membres du jury et trois équipes nominées étaient
invités à Johannesburg pour participer à l’élection
des trophées de cette première phase de la compétition.

Il est peu de dire que les architectes marocains sont avides de l’espace de créativité et de liberté que leur offrent des concours correctement organisés. C’est le cas du premier concours mondial pour la construction durable, lancé par la fondation Holcim, et dont la première phase vient de se dérouler à Johannesbourg, en Afrique du Sud. Sur l’ensemble des projets validés pour la région Afrique et Moyen-Orient, 33 concernaient le Maroc, juste derrière l’Afrique du Sud avec 38 projets. Un jury international, auquel étaient associés Rachid Benmoktar Benadellah, président de l’université Al Akhawayn et Saïd Mouline, directeur de l’Architecture, a décerné, ce 14 octobre, le trophée d’or à un projet de construction durable conçu pour un douar de montage dans la vallée d’Ouneine, au sud de Marrakech. Avec cette distinction, le projet de l’architecte Abderhani Fenjiro est sûr de concourir à la phase finale de la compétition, lors des Global Awards, en avril 2006, à Bangkok.
Trois projets contrastés portés par des architectes engagés dans des processus de conception très différents ont été récompensés.

Premier prix
Equipements socio-économiques cristallisant les besoins de développement du douar Tamtarga et d’une couronne de hameaux. Le projet(1), conçu par M. Fenjiro, avec la collaboration de Hicham Agyo et Amal Messaoud, étudiants à l’Ecole nationale d’architecture, s’appuie sur des partenariats sérieux qui permettront l’amélioration de la qualité de vie de la communauté villageoise. Il comprend la construction d’une école et de studios pour les enseignants, d’un complexe artisanal et de formation, d’un gîte touristique. Les bâtiments et aménagements extérieurs sont en pierre et pisé avec intégration de l’énergie solaire dans l’architecture.

Prix de reconnaissance
Une unité d’habitation en zone semi désertique à Erfoud, fruit d’une recherche(2) captivante en architecture bioclimatique de Meryem Soussan et Laurent Moulin. L’habitation, d’expression résolument contemporaine, est composée de 3 types de matériaux: un ancrage fait d’une masse de pisé émanant du sol, une ossature semi-rigide en fibres et résine de chanvre supportant une enveloppe légère et mobile en feutre de laine. Fondé autour de trois puits, l’habitat est semi-enterré. Il adopte de nombreux procédés de l’architecture bioclimatique et ne génère pas de déchets. Les matériaux utilisés développent des qualités performantes d’isolation thermique et acoustique et de résistance mécanique. Ils sont réalisés avec des matières premières – laine et cannabis, produits en quantité au Maroc – qui pourraient être valorisées dans l’industrie du bâtiment grâce à des programmes de recherche & développement à initier.

Projet nominé
Un complexe écotouristique dans la vallée de l’Ourika, rencontre entre un porteur de projet, J.-R. Marsigny, et les architectes Hicham El Ajmi et Rachid Taj, adeptes de l’architecture de terre. Le projet, en cours de construction depuis cinq mois, se situe sur une parcelle réhabilitée de 8 ha environ, plantée d’oliviers en production. Il est structuré autour de deux activités : l’obtention artisanale de produits agro-alimentaires de haute qualité, avec une huilerie, des commerces, et l’accueil de personnes en séjour touristique avec une maison d’hôtes, différents pavillons et un restaurant. Le concept de construction est l’interprétation des volumes de l’architecture vernaculaire, mis en œuvre par des corps de métiers installés dans le village. Il a recours aux matériaux traditionnels de la région : pisé, adobe, enduit de terre, brique artisanale, pierre, bois, ferronnerie… associés si nécessaire à une ossature béton. Le traitement paysager protège les composantes du site : vue panoramique sur la vallée ; terres agricoles ; espaces de détente, promenade ou parkings ; stockage et circulation de l’eau (bassin et seguia) ; voie de communication d’usage privé ou public traitée en zone d’aménagement concerté avec la commune rurale

Un concours qui promeut les approches durables
Le concours est organisé par la Fondation Holcim pour la construction durable en collaboration avec 5 des plus grandes universités techniques au monde. Il vise à promouvoir les approches durables dans le domaine de la construction aussi bien dans les pays en développement que dans les nations industrialisées. Une première phase(*) départage les meilleurs projets parmi les 1 500 validés dans cinq régions : Afrique et Moyen-Orient, Amérique du Nord, Amérique du Sud, Asie, Europe. Les trophées régionaux Afrique et Moyen-Orient sont :
Trophée d’or : équipements socio-économiques à Tamtarga – Maroc. 100 000 dollars.
Trophée d’argent : modernisation d’un lieu d’accueil de caravanes, Nieuwoudville, Afrique du Sud. 50 000 dollars.
Trophée de bronze : centre de ressources et de formation environnementales, Le Cap, Afrique du Sud. 25 000 dollars.
Prix de reconnaissance, récompensé chacun de 10 000 dollars :
– Concept d’habitation écologique pour les zones semi-arides du Maroc.
– Concept de maison qui respire, Riyad, Arabie Saoudite.
– Parc environnemental interactif, Jwaneng, Botswana.
Prix d’encouragement récompensé chacun de 7 500 dollars :
– Projet de réhabilitation, de préservation et de développement urbain, El Quseir, Egypte.
– Projet de rénovation de logements pour la colonie de Kibera – Kenya.