Transports : vaincre les résistances

C’est l’un des volets sur lesquels le département de Aziz Rabbah et son ministre délégué Najib Boulif sont attendus au tournant. Les discussions autour du plan d’actions de 2016 ont principalement porté sur la réforme du secteur dans toutes ses composantes.

A ce niveau, le ministère s’est engagé sur l’introduction de nouvelles mesures destinées au transport routier pour à la fois poursuivre sa professionnalisation, et surtout renforcer la sécurité routière. Ainsi, l’introduction d’un système GPS dans les autocars, annoncée il y a plusieurs mois déjà, devrait enfin être effective en 2016. Parallèlement, la tutelle souhaite renforcer son programme de mise à niveau du parc en circulation en faisant bénéficier les véhicules de plus de 3,5 tonnes du programme de renouvellement des véhicules.

Dans le cadre de l’application des dispositions du code de la route, de nouveaux radars et d’autres instruments de contrôle des infractions à la signalisation (notamment les feux rouges) devraient être acquis cette année après plusieurs mois de tergiversatons (www.lavieeco.com).

Pour ce qui est des auto-écoles, un domaine pointé du doigt par les députés en raison de la persistance de certaines mauvaises pratiques dans le processus de passage des examens, la tutelle promet de réactiver la mise en place des mesures prévues dans le contrat programme. Il faudrait s’attendre donc à une refonte du système de passage des examens pratiques, vu que l’organisation de l’examen théorique est déjà remaniée.

Reste alors la réforme du transport maritime pour laquelle le ministère s’est contenté d’annoncer la mise en place d’une stratégie pour le développement du pavillon national. Là encore, c’est un sujet qui a suscité un long débat en commission, plusieurs de ses membres ayant insisté sur l’urgence de relancer le pavillon national pour mettre un terme au monopole de fait des compagnies maritimes étrangères et aux problèmes qui s’en suivent, surtout en période de forte affluence n