Transport touristique : 2 773 véhicules et 700 MDH de chiffre d’affaires

Les résultats d’une étude commanditée par l’Observatoire du tourisme et confiée au cabinet Masnaoui & Mazars ont été rendus publics
72% des entreprises ont moins de 5 véhicules.
Le secteur emploie directement 4 500 personnes.

On en sait un peu plus sur le transport touristique terrestre. L’Observatoire du tourisme vient en effet de rendre publics les résultats d’une enquête sur ce maillon important de la chaîne, qu’il avait commandée au cabinet Masnaoui & Mazars.

Souvent adossée à d’autres métiers pour lesquels elle vient en complément (agences de voyages réceptives, circuits, transport international…), l’activité de transport, avec son parc d’autocars, de minibus, de 4×4 et, plus récemment, de limousines et, il faut le signaler, un taux de sinistralité très réduit à son crédit, n’avait jusque-là jamais été l’objet d’un diagnostic aussi détaillé.

L’enquête permet d’avoir une visibilité sur l’ensemble des entreprises en service (parc et répartition par catégories de véhicules et par région) et fournit des indications sur les coûts d’investissement et d’exploitation du secteur.

Des informations intéressantes et utiles, même si des contradictions et quelques inexactitudes se sont glissées dans les tableaux et commentaires.

1 200 véhicules 4×4
D’après cette étude, ce secteur compte 525 entreprises, totalisant 2 773 véhicules, dont 524 de série 1 (autocars de 48 places et de 34 places), 721 de série 2 (minibus entre 17 et 20 places), 1 510 de série 3 qui regroupe les minibus de 9 places au nombre de 299 et les 4×4 au nombre de 1 211.

Ces entreprises sont composées d’entités indépendantes ou faisant partie d’un groupe. De manière générale, les entreprises indépendantes disposent d’un parc réduit et 40% des entreprises dotées de plus de 20 véhicules sont adossées à un groupe de transport ou de tourisme.

Celles qui sont dans un même groupe que des agences de voyages ont un parc de 11 véhicules au minimum.
Au total, 72% des entreprises de transport touristique possèdent un parc de moins de 5 véhicules et gèrent moins de 20% du parc total, alors que les 5%, qui disposent de plus de 20 véhicules, en contrôlent 42%. Cette tendance est encore plus visible sur les grandes destinations touristiques, sachant qu’à Marrakech la moitié du parc de véhicules touristiques est la propriété d’une dizaine d’opérateurs, alors qu’à Agadir 5 opérateurs en contrôlent 68%.

D’une manière générale, sur les 525 entreprises recensées, 92 (1 058 véhicules) se trouvent à Marrakech, 90 (557 véhicules) sont à Agadir, 74 (338 véhicules) à Casablanca et 91 (284 véhicules) à Ouarzazate. Pour cette dernière destination, l’importance du parc s’explique sans doute par la prédominance des 4×4. Une particularité de ce secteur réside dans le fait qu’il présente un parc plutôt jeune, dans lequel, globalement, plus de 50% des véhicules sont âgés de moins de trois ans.

Casablanca, Marrakech et Agadir concentrent 70% des 4 500 emplois directs créés dans le secteur
Autre donnée de l’enquête, il existe naturellement une forte corrélation entre l’implantation des sociétés de transport et le niveau de l’activité touristique. Cela se voit à travers la répartition des investissements. Ainsi, on apprend que 80% des fonds sont investis dans trois villes, en l’occurrence Casablanca, Marrakech et Agadir.

Mais les chiffres avancés concernant l’investissement dans cette branche sont un peu dépassés dans la mesure où l’étude s’appuie, faute de données récentes, sur les chiffres de la période 2003-2005, ce qui ne prend donc pas en compte l’évolution des performances du secteur touristique qui a connu une croissance à deux chiffres ces dernières années, grâce à la politique volontariste de la Vision 2010.
Quoi qu’il en soit, ces trois villes concentrent 70% des 4 500 emplois directs créés par le secteur. Chaque entreprise emploie en moyenne 9,2 personnes.

Par ailleurs, l’enquête révèle que le chiffre d’affaires global du secteur est estimé à près de 700 MDH pour l’année 2005, dont près de la moitié (46%) est réalisée par les autocars de 48 places, alors que les 4×4 génèrent 29% de ce montant et les minibus de 17 places 15%.

Il est vrai que les tarifs appliqués ne sont pas les mêmes pour ces différentes catégories de véhicules. Ils augmentent avec la catégorie des véhicules. Ainsi, si le tarif moyen des autocars de 48 places est de 9,30 DH par kilomètre, celui des 4×4 s’élève à 4,40 DH le kilomètre.