Le projet de voie entre le port de Casablanca et la zone logistique de Zenata en retard

Des sous-projets importants ne sont pas encore finalisés. Flou total sur les parties dont s’occupent Casa Aménagement et le ministère de l’équipement. La multiplicité des intervenants n’arrange pas les choses.

Tout semble presque en place, pourtant, le chantier de la Desserte Nord, route maritime devant relier le port de Casablanca à la zone logistique de Zénata, avance très lentement. En retard de trois ans déjà, la finalisation du projet est encore repoussée aux calendes grecques. Sur le terrain, ce projet attend, entre autres, la réalisation de la trémie, devant relier le tronçon maritime, long de cinq kilomètres, au tronçon terrestre, long de dix-sept kilomètres devant mener à la zone citée. En tout cas, le tronçon maritime est presque achevé, vu que ses plus grands ouvrages de digues et de remblais sont terminés, et la réalisation de la chaussée est en cours de démarrage. C’est ce que nous confirme Lotfi Diouri, responsable du projet au sein de l’ANP en charge de cette partie du projet. «Quant à la trémie de raccordement, et après résolution des contraintes y afférentes, les travaux sont également en cours de démarrage. La mise en service pourrait être effectuée au premier semestre 2021», souligne le responsable qui insiste sur le caractère complexe de tout le projet. «Pour ce type de projet, l’importance des fonds à mobiliser et la complexité technique sont corrélés à des contraintes liées au foncier à mobiliser ou à exproprier, sans compter les réseaux souterrains à déplacer», explique M. Diouri.

Casablanca Zone logistique Zenata
Casablanca Zone logistique Zenata

Un objectif en suspens

Est-ce un problème de foncier ou d’expropriation? Difficile à savoir, vu que les deux autres parties prenantes, la SDL Casa Aménagement et le ministère de l’équipement, sont restées injoignables jusqu’à l’heure où nous mettions sous presse. Ainsi, le flou entoure la réalisation du tronçon terrestre de dix-sept kilomètres. Ce dernier comporte «l’élargissement de voies existantes, la création de nouvelles voies en site propre ainsi que la réalisation des échangeurs et ouvrages d’art aux intersections». Il n’y a donc aucun moyen de connaître ce qui a été fait dans cette partie jusqu’à présent. Mais, tenant compte de la zone industrielle par où passe ce tronçon, c’est la partie qui risque fort probablement de retarder davantage la mise en service de la Desserte Nord.
Pour rappel, une fois mis en place, ce projet devra «créer un corridor permettant de fluidifier la circulation des poids lourds entre le port et la zone logistique de Zénata et diminuer les nuisances générées par le trafic en milieu urbain (nuisance sonore, pollution, congestion et accidents)». Cet objectif se trouve donc en suspens. Heureusement, le retard de ce projet n’influera pas sur le nouveau port. «Ce dernier est implanté au nord immédiat du port de Casablanca, il s’agit d’une extension des installations portuaires qui n’est ni concernée ni impactée par la Desserte Nord. Celle-ci recevra principalement les poids lourds transportant les marchandises destinées à l’import et à l’export», précise Lotfi Diouri. Au moins une bonne nouvelle.