Tracteur GPS, «mà¢asra» mobile… les curiosités du salon de l’agriculture

Les Chinois arrivent…
On a noté la présence très remarquée d’un fabricant de matériel agricole chinois (Dongfeng Brand). Le représentant local annonce l’arrivée prochaine des premiers tracteurs, à des prix inférieurs de 30 à 40% à l’offre existante. A plus long terme, la société prévoit l’installation au Maroc d’une unité d’assemblage pour satisfaire la demande marocaine et même l’export. Au vu du nombre d’agriculteurs qui ont défilé devant le stand, on constate que l’intérêt est grand et que la concurrence sera sérieuse.

Des mâasras mobiles pour l’huile d’olive
Parmi les machines conçues et élaborées au Maroc par un professeur de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II (IAV) de Rabat, et faisant l’objet de brevets, deux machines étaient présentées au salon. L’une est baptisée «mâasra mobile», l’autre est une unité de distillation, pouvant être mobile, pour l’extraction d’huiles essentielles à partir de plantes aromatiques et médicinales. La mâasra mobile est déjà fonctionnelle, avec une capacité de 10 t/jour. Elle fonctionne à l’électricité. D’utilisation simple, cette machine est vendue à 360 000 DH avec cuve et centrifugation en option.
Cependant, elle ne fait pas l’unanimité parmi les professionnels, même si elle a obtenu le 1er prix de dégustation dans une compétition à Essaouira.

Un quad dédié au traitement phytosanitaire
Parmi les véhicules réadaptés à l’agriculture, on a remarqué le «quad utilitaire». Petit véhicule à 4 roues, il peut être utilisé comme un motoculteur avec des adaptations pour les traitements phytosanitaires ou quelques opérations de transport ou de travail du sol. Vu son utilisation pour les loisirs, il est taxé comme tel mais peut être vendu en exonération après accord du Crédit agricole. D’après le fournisseur, une vingtaine d’exemplaires sont déjà utilisés en agriculture et, actuellement, le prix est de 110 000 DH sans équipement.

Un «enjambeur» pour la vigne et l’arboriculture
Appelée enjambeur ou récolteuse, elle est encore inconnue au Maroc et a attisé la curiosité des agriculteurs. Il s’agit d’une machine de grande taille qui s’utilise pour la récolte en ligne des raisins pour la vinification et dans l’arboriculture pour l’olivier de taille moyenne. C’est une machine très performante et couramment utilisée en Europe et ailleurs. Son prix n’a pas été communiqué.

Planteuse guidée par GPS
En phase avec les machines modernes peu connues au Maroc, une planteuse d’oliviers (ou autres), dotée d’un système de guidage et de positionnement par satellite. Elle assure une plantation en ligne droite à écarts précis, à une profondeur homogène d’arbres qui sont en même temps arrosés de façon identique. Sa cadence est élevée: 1000 plants par heure. Et là où il en faut 300, la machine ne fait appel qu’à 3 ouvriers. Handicap de taille : le prix. Pour un million de dirhams il est peu probable que la machine trouve preneur même si son fournisseur démontre, calcul à l’appui, sa rentabilité et son amortissement sur quelques années.

Les Espagnols en force
Contrairement aux Français, les Espagnols ont été bien représentés. En plus des halls «produits», «agrofournitures» et dans la partie oléiculture, on les trouve dans le hall «étrangers», dont l’association des fournisseurs de matériel agricole occupe la moitié. Izaskun Parro, responsable du stand machinisme, affirme que les Espagnols sont présents depuis 17 ans au Maroc pour promouvoir les exportations dans un marché en nette progression. On trouve dans le stand du matériel de travail du sol, de semis, d’épandage d’engrais, des appareils de traitement et du matériel spécifique à l’oléiculture.
Autre nouveauté espagnole, un cueilleur pour maïs. En plus de ses nombreuses caractéristiques techniques, c’est un appareil modulable, à la demande du client, et pliable pour être moins encombrant lors du transport.

Des huiles d’olive et d’argan certifiées bio
Une partie du hall B a été spécialement dédiée à l’oléiculture, dénotant l’intérêt accordé à ce secteur par les organisateurs du salon. On y trouve plus particulièrement des machines de récolte ou de matériel d’aide à la récolte comme les vibreurs automoteurs ou «buggys» et les vibreurs à main. Ces derniers représentent un outil de plus en plus utilisé, permettant d’éviter le gaulage, avec diverses particularités selon les marques. Ils sont alimentés par des batteries normales ou spéciales, rechargeables, permettant une autonomie d’une à trois journées de travail. Ils disposent aussi de rallonges jusqu’à 3,80 m, adaptées à la picholine marocaine connue pour sa vigueur. Leur poids est léger (2 à 4 kg) et leur permet d’être portés par un ouvrier toute la journée, avec une durée d’une dizaine de minutes pour la cueillette d’un arbre. Leur prix varie entre 10 000 et 30 000 DH. On trouve aussi du matériel de trituration de diverses marques, origines, capacités horaires et systèmes d’extraction, ainsi que du matériel de conditionnement, de mise en bouteille ou en bidons, d’étiquetage, etc.
De nombreux producteurs d’huile d’olive et d’olives de conserve ont tenu des stands pour faire connaître la qualité et la diversité de leurs produits et l’on remarque l’apparition timide de la notion d’origine de production qui gagnerait à être mieux valorisée. Un stand propose même, pour la première fois, de l’huile d’olive et d’argan certifiées bio, produites et fabriquées dans la région de Meknès. Ces derniers produits sont destinés presque exclusivement à l’exportation, le marché marocain étant quasi inexistant.

Des concours de bovins et ovins Un concours a été organisé pour choisir les meilleurs béliers des principales races élevées au Maroc (Sardi, Demman, Bejaad, Timahdit, Bni Guil …). De même, un autre concours a concerné les vaches laitières, races Montbéliarde et Holstein (vaches multipares, primipares, génisses pleines et vides).
Les prix pour les 1ère, 2e et 3e vaches laitières étaient respectivement de 5 000, 3 500 et 2 500 DH, en plus d’une prime de participation de 1 000 dh par tête et de la prise en charge du transport et de l’alimentation.
Bien vu.