Tout savoir sur les appels d’offres du port de Tanger-Med

La plupart des lots de construction sont en cours d’attribution.
Des opportunités existent pour la concession des quais et de zones franches.

Le port de Tanger Med prend forme progressivement. Le rythme d’avancement du projet est en conformité avec l’échéancier établi et les responsables mettent les bouchées double pour éviter tout retard. Logiquement, les travaux de construction et d’aménagement devront prendre fin le 31 décembre 2006, pour une mise en service en 2007.

Terrassement et viabilisation de l’enceinte portuaire : appel d’offres en mars 2005
Les installations de chantier et l’ouverture des carrières sont achevées et les travaux en cours concernent la construction de la digue principale. Ce marché de 215 millions d’euros (2,3 milliards de DH), remporté par le groupement Bouygues, composé de Bymaro et Saipem, avait été signé en juin 2003.
Le processus de sélection des entreprises pour la réalisation de la deuxième phase des travaux du chantier a également été déclenché. Cette deuxième phase a été scindée en 5 lots en vue de permettre, selon les responsables de TMSA, une participation des entreprises marocaines. Précisément, ces dernières devraient être intéressées par les lots 2,3 et 4, relatifs aux quais. Le lot 2 est relatif au quai de vrac et divers et du poste pétrolier pour l’acheminement des produits raffinés vers des centres de stockage ; le lot 3 concerne la construction d’un quai à conteneurs d’une longueur de 1610 m linéaires ; quant au lot 4, il porte sur le quai pour les servitudes, ferry et RO-RO (Roll On Roll Off).
Pour ces trois lots, les appels d’offres ont déjà été lancés et des entreprises de différentes origines ont été présélectionnées. On peut noter, entre autres, Archirodon (Suisse), Besix (Belgique), China Harbor (Chine), Bouygues-Bymaro-Sapiem (Maroc-France), déjà en charge de la construction de la première tranche, Grandi Lavori (Italie), Tao Corporation (Japon), Vinci (multinationale), Somagec (Maroc)… Ces entreprises ont répondu aux différents lots dans le sens de l’amortissement de leurs coûts, mis à part Somagec, qui a été intéressée uniquement par le lot 4.
Malgré la scission du marché en plusieurs lots, le nombre des entreprises marocaines présélectionnées demeure limité. Quoi qu’il en soit, le ou les groupements qui seront chargés de l’exécution de ces quais seront désignés à la fin de novembre prochain. Les travaux devront démarrer fin 2004, pour être achevés à la fin de l’année 2006.
Toujours dans le cadre des opportunités de construction, on notera que le lot 1, qui porte sur la déviation de l’Oued R’mel par la réalisation d’un canal, d’un coût de 65 millions de DH, a déjà été adjugé à l’entreprise marocaine E.M.T.
En revanche, pour le lot 5 relatif aux travaux de terrassement et de viabilisation de l’enceinte portuaire, l’appel d’offre ne sera lancé qu’en mars 2005 pour une réalisation fixée à fin juin 2007. Le montant du marché est d’environ 1 milliard de DH.
Par ailleurs, la particularité du port de Tanger-Med réside dans le fait que sa gestion sera confiée à des opérateurs privés dans le cadre de contrats BOT (Built, opérate & transfer : construction, exploitation et transfert). Ainsi, la concession de la gestion de la première tranche du quai à conteneurs de 800 m linéaires est en cours d’attribution. Deux groupements sont encore en lice. Il s’agit d’une part de CMA-CGM, Evergrenn et P&O Ports, et d’autre part de Maersk. Il a été demandé à ces deux concurrents de représenter une nouvelle offre définitive, afin de pouvoir trancher. Ce processus devra prendre fin au cours des prochaines semaines.

Pour gérer le quai à conteneurs, il faudra obligatoirement avoir un associé marocain
Tout juste après sera lancé l’appel d’offres pour la concession de la gestion des autres 800 m linéaires de quais à conteneurs. En fait, le lancement de cette tranche a été accéléré eu égard à l’engouement constaté, au cours de la première phase, par les professionnels du transport et de la logistique. Le groupement retenu lors de la première tranche ne pourra pas participer à l’appel d’offres concernant la seconde phase en vue de garantir une concurrence dans la gestion des deux quais à conteneurs.
De plus, il sera imposé aux groupements intéressés par ce marché de s’associer à une entreprise marocaine du secteur. A noter que ces deux terminaux offrent une capacité de près de 3 millions de conteneurs EVP (conteneurs équivalent vingt pieds), plaçant ainsi Tanger Med parmi les premières plates-formes de transbordement de conteneurs en Méditerranée. L’investissement des concessionnaires sur ces terminaux devrait atteindre près de 3 milliards de DH.
Enfin, un appel à expression d’intérêt pour la concession du terminal des hydrocarbures a été lancé. Les entreprises intéressées avaient jusqu’au 8 octobre dernier pour faire parvenir leurs réponses. Reste encore à enclencher le processus pour les concessions du quai à céréales, le terminal Ro-Ro et la zone franche logistique (voir encadré).
La construction du port Tanger Med est un des plus grands projets de la décennie, avec un coût global de 11 milliards de DH. Ce projet permettra à l’économie marocaine de s’arrimer à l’économie internationale et de mieux tirer profit du chiffre d’affaires réalisé par le trafic maritime. 90% du commerce mondial se font aujourd’hui par voie maritime. Le port de Tanger Med est situé sur le détroit de Gibraltar, à l’intersection des grandes routes maritimes du monde et aussi à 15 km de l’Europe. Aussi, le port se positionnera comme acteur majeur dans le transport TIR et pour le transbordement de conteneurs et de céréales. Pour une mise en exploitation réussie, l’ensemble des infrastructures reliant le port de Tanger Med aux réseaux existants sera opérationnel en 2007. Il s’agit d’une liaison autoroutière de 60 km, de desserte du port, d’une voie express à deux voies reliant le port à Fnideq, où sera localisée la zone franche commerciale, et d’une connexion ferroviaire de 45 km le reliant au réseau ferroviaire national

La deuxième phase des travaux du chantier a été scindée en 5 lots en vue de permettre une participation des entreprises marocaines. Ces dernières devraient être intéressées par les lots relatifs aux quais.