Tout le monde veut son écran plat ! 75 000 unités écoulées par an

500 000 téléviseurs devraient être vendus en 2007, dont 75 000 écrans plats

Le parc actuel est estimé à  5 millions de postes TV

Un bonne part des renouvellements
vont vers les écrans plats.

SiKarl Marx avait vécu de nos jours, il ne se contenterait pas de qualifier la religion d’opium du peuple mais engloberait la télévision dans ce qualificatif pour lui peu flatteur. Premier bien électroménager dont les foyers font l’acquisition, le téléviseur vient parfois avant même le mobilier et les autres appareils électroménagers. Signe qui ne trompe point, le taux d’équipement des ménages en téléviseurs est de 81,2% quand celui concernant les réfrigérateurs est d’à  peine 49,5%. Depuis quelques années, les ventes de téléviseurs ont explosé et il n’est pas rare, en milieu urbain, qu’on trouve plus d’un appareil par ménage.

Le tube cathodique résiste vaillamment grâce à  son prix
Effet de mode, et surtout effet de prix en baisse constante, les écrans plats sont de plus en plus prisés. Si le mouvement a été initié par les cafés, il y a déjà  deux ans, ce sont aujourd’hui les particuliers qui s’équipent. D’ailleurs, nombre de ménages ont différé de quelques mois le délai de renouvellement de leurs vieux téléviseurs à  tube cathodique, le temps de réunir la somme nécessaire pour s’offrir un écran plat. Aujourd’hui, on évalue le parc des petits écrans à  5 millions au Maroc dont déjà  15% sont des écrans plats. Cela sachant qu’il se vend, selon les estimations des professionnels du secteur – puisqu’il n’existe pas d’organisme officiel pour publier des données précises -, 500 000 unités annuellement, dont 75 000 écrans plats. Et ce n’est là  qu’une moyenne puisque, selon les estimations d’un professionnel du secteur, sur les trois dernières années, il se serait vendu 1,5 million de postes de télévision. «Le marché avait alors explosé avec la baisse des prix. Les raisons en sont le démantèlement douanier, les promotions, ou encore tout simplement la baisse des prix, les constructeurs ayant rentabilisé les investissements en recherche et développement», explique un importateur distributeur.
Preuve que l’effet prix impacte la décision d’achat, la promotion organisée il y a quelques semaines par la marque Samsung a été un grand succès. En une semaine, il s’est vendu 2 000 téléviseurs LCD de 32 pouces (81,3 cm) à  8 990 DH pièce.

Pour les commerces, les écrans plats sont une nécessité. «Lorsque j’ai ouvert mon café, la dépense que représentait le téléviseur était incluse dans mon projet», explique un cafetier de Casablanca. Il s’agit, en effet, d’un investissement nécessaire pour positionner le standing d’un lieu public, l’écran justifiant parfois des prix plus élevés. Dans d’autres cas, la motivation est pécuniaire, les clients privilégiant les lieux o๠ils peuvent suivre des rencontres de football sur grand écran. Pour les particuliers, le déclic psychologique est autre. Il peut s’agir d’un effet d’imitation de collègues ou amis de même catégorie socio-profesionnelle, tout comme il s’agit également de joindre l’utile (encombrement réduit, possibilité d’installation au mur) à  l’agréable que représente la qualité d’image et la taille, ou plus simplement de succomber à  l’effet mode. Dans tous les cas, on ne regrette pas l’achat, affirment les revendeurs.

Et pourtant, la croissance des ventes de téléviseurs à  tube cathodique continue. «Les écrans plats restent des produits chers accessibles à  une minorité», explique Abdeljalil Lahlou, DG de Siera. Raison pour laquelle les écrans à  tube cathodique sont encore prisés par les consommateurs. D’ailleurs, la courbe des ventes de l’entreprise suit celle de l’électroménager dans son ensemble, soit 15% de croissance par an.

Au final, les écrans classiques sont encore loin d’être enterrés, mais la baisse des prix devrait graduellement et de manière accélérée favoriser l’achat de téléviseurs à  écrans plats. D’ailleurs, hormis les cas de premier achat de téléviseur, pour les nouveaux ménages que leurs moyens le plus souvent limités dirigent vers le vieux tube cathodique, la propension élevée au choix d’un écran plat lors du renouvellement est significative de l’évolution du marché.