Tourisme : Les voyagistes préparent la reprise

La profession pousse la réflexion sur la situation du secteur lors d’un meeting à Agadir. Formation, restructuration des entités et création de grands tour opérateurs marocains, sont quelques-unes des recommandations. Le digital pour mieux se positionner.

Comment se réinventer dans un secteur en pleine mutation ? C’est en substance la question qui était la semaine dernière à Agadir au cœur des travaux du congrès des agents de voyages du Maroc. Organisée par le Conseil régional du tourisme Agadir Souss Massa (CRT), la rencontre était l’occasion pour souligner «le rôle capital joué par les agences de voyages dans le développement économique du tourisme et la promotion du produit de tous les territoires du Maroc», a indiqué Rachid Dahmaz, président du CRT Agadir Souss Massa. Après près de deux ans de crise en raison des retombées de la situation sanitaire,  difficile de mettre le pied à l’étrier. Ceci surtout que la crise qui marque l’écosystème des voyagistes remonte à bien avant la pandémie. Aussi, le meeting était d’intérêt pour faire l’état des lieux et identifier les challenges à relever.

Face à la concurrence externe comme celle de Booking, la part de marché des agents de voyages s’est beaucoup réduite, dans un marché interne principalement saisonnier limité aux vacances scolaires et à la période estivale. En outre, la profession pâtit depuis longtemps du manque de plateforme intermédiaire entre les agences et les établissements hôteliers, d’où des problèmes dans le transfert des touristes et l’organisation des voyages globalement. Autant de freins face auxquels la profession devrait innover. Pour les intervenants à la rencontre, cela passe d’abord par la valorisation de l’élément humain, et ce, à travers notamment le soutien à une formation spécialisée et continue. Dans ce contexte, il est d’intérêt, selon les experts, d’instaurer des fourchettes salariales au sein des agences de voyages pour motiver les jeunes, de revoir le référentiel des compétences et de reconnaître l’importance du rôle des RH dans le secteur. La démarche est d’importance pour assurer une transition entre générations au sein des agences de voyages. Les intervenants recommandent également dans ce cadre l’organisation d’une journée sur le métier d’agent de voyages au profit des étudiants.

La question de la restructuration des entités existantes et celle de la mise en place d’un processus de bonne gouvernance étaient aussi au cœur du débat. Le sujet de la création de grands tour-opérateurs marocains, depuis longtemps soulevé par la profession, est revenu également sur le tapis. Mais pour ce faire, il est de l’avis des voyagistes de réformer le régime fiscal pour faciliter l’investissement des tour-opérateurs marocains et leur implantation à l’étranger. Plus d’investissement dans la digitalisation est aussi requis pour faire évoluer l’activité. Le recours à la data pour mieux se positionner, ont recommandé les experts dans ce contexte. De leur avis, il faut profiter des algorithmes pour mieux comprendre le comportement du
consommateur.