Tourisme : vent de reprise sur Ouarzazate

Les arrivées progressent d’au moins 10% et les nuitées de plus de 5%. Le taux d’occupation devrait monter à  50% en avril contre 20% en janvier. La destination est requinquée par la reprise des tournages.

L’année 2014 pourrait bien être celle de la reprise pour la destination Ouarzazate. Depuis janvier, les tournages s’enchaînent à un rythme que la ville n’avait pas connu depuis longtemps. Outre un documentaire réalisé par la très célèbre chaîne National Geographic, 4 autres tournages ont démarré ou ont été réalisées depuis janvier. Cela inclut notamment la superproduction «La Reine du désert» du réalisateur Herzog Werner avec Nicole Kidman à l’affiche. «La saison cinématographique s’annonce bien et nous attendons pour bientôt l’arrivée des équipes d’une autre superproduction américaine, ‘‘Batman’’. Cela augure d’une bonne saison touristique. Je vous assure que 2014 va être l’année de la vraie reprise pour Ouarzazate», confie Zouhir Bouhoute, directeur du Conseil provincial du tourisme de Ouarzazate.

Outre les tournages, la région a également accueilli d’autres événements moteurs pour le tourisme, tels que la 21e édition du Rally Maroc Classic et l’Ultra marathon qui se sont tous deux déroulés en mars. Les derniers chiffres ne sont pas disponibles mais les professionnels estiment que les arrivées ont progressé d’au moins 10% et les nuitées de plus de 5%.

L’offre aérienne low-cost  se fait attendre

Si la reprise des tournages profite à quelqu’un, ce sont d’abord les hôteliers. «Nous travaillons très bien depuis le début de l’année. Et cela va se prolonger jusqu’en juillet grâce au démarrage d’autres projets de tournage. Nous sommes optimistes», commente Rahou Belghazi, président de l’Association de l’industrie hôtelière de la province et directeur du Berbère Palace. Si le taux d’occupation des 1 500 chambres classées de la destination n’était que de 20% en janvier, il devrait dépasser les 50% d’ici avril.

La saison s’annonce donc positive. Toutefois, les professionnels pointent toujours du doigt l’aérien. Ils réclament le développement de l’offre par la mise en place de lignes low-cost, mais aussi un meilleur aménagement de l’aéroport ou encore la rénovation des routes pour faciliter l’accès à la ville. «Le cinéma ne peut être une source pérenne pour nous. Il faut avoir une base, à commencer par les MRE», poursuit M. Belghazi. Un accord de partenariat entre le ministère de l’équipement et du transport, le ministère de l’économie et des finances, la Direction générale des collectivités locales, le Conseil régional Souss-Massa-Drâa et Royal Air Maroc pour la mise en place de vols quotidiens subventionnés entre Casablanca et Ouarzazate a été signé en décembre 2013. La convention qui en fixe les détails suivra incessamment.