Tourisme : un mois de Ramadan mitigé pour les hôteliers

Marrakech et Agadir ont enregistré des taux d’occupation relativement satisfaisants.
Les clubs de vacances ont attiré du monde n Des destinations comme Tanger et Fès ont été très calmes.

En cette fin de Ramadan, le bilan est, sans surprise, mitigé du côté des hôteliers marocains. Certains ont en effet plutôt bien passé ce mois sacré tandis que d’autres l’ont jugé calme, à l’instar des années précédentes. C’est le cas notamment des destinations comme Tanger. «Beaucoup d’hôteliers profitent du Ramadan pour rénover leurs unités et se préparer pour août. Les marchés espagnol et français, nos principaux clients, connaissent nos habitudes pour Ramadan et ne viennent donc pas à ce moment de l’année. Il y a certes les excursions qui continuent mais cela ne représente pas grand-chose et reste du tourisme de passage», explique Abdelghani Ragala, directeur du Conseil régional du tourisme (CRT) de Tanger. Fès a vécu la même situation. Par contre, à Saïdia, où les resorts sont légion, l’activité est bien orientée grâce aux réservations des tour-opérateurs. Les professionnels s’attendent à mieux en août.

L’Europe de l’Est à la rescousse à Agadir

Au Sud, Marrakech et Agadir ont sauvé leur mois de Ramadan, à quelques nuances près. A Marrakech d’abord, après un premier semestre jugé excellent malgré la conjoncture, avec un taux d’occupation moyen de 58% et une progression de 11% des arrivées et de 12% des nuitées entre avril et juin, l’ambiance générale tourne plutôt au ralenti. Par exemple, les hôtels standard ne disposant pas de piscine ont en effet connu un mois de juillet très tranquille. Malgré l’offre de packages, ils n’ont guère dépassé un taux d’occupation moyen de 40%. La petite dizaine de clubs de vacances, en revanche, a tourné avec un taux d’occupation moyen compris entre 70 et 90%. Si le marché français est sensiblement en stagnation, la plupart des autres marchés émetteurs enregistrent une croissance de 30% environ depuis le début de l’année.
Sur la côte Atlantique, les hôteliers se réjouissent. «La première quinzaine du mois s’est très bien passée et la deuxième ne sera pas non plus mauvaise, contrairement à ce qu’on aurait pu prévoir», confie ainsi Youssef Maoun, directeur du CRT d’Agadir. Les Polonais, les Tchèques et les Britanniques ont en effet été très présents sur la plage d’Agadir. Les hôtels en front de mer ont enregistré des taux d’occupation supérieurs à 65% et les autres entre 40 et 45%. Comme pour l’Oriental, les professionnels restent optimistes pour août.