Tourisme mondial : 880 millions de voyageurs et 852 milliards de dollars de recettes en 2009

Le ralentissement par rapport à  2008 est très net : -4,3% pour les arrivées et -9% pour les recettes.

Le tourisme mondial a connu un sérieux ralentissement en 2009 avec une baisse des arrivées internationales de 4,3% contre une progression de 2% en 2008 et 7% en 2007. Ce basculement a commencé en réalité en été 2009 après 5 années consécutives de croissance. Dans ce contexte, les investissements ont baissé de 12% en 2009, contre une hausse de 1% en 2008 et de 7% en 2007. Ces chiffres sont tirés d’une étude réalisée par la Fédération nationale du tourisme (FNT) en partenariat avec BMCE Bank sur l’impact de la crise internationale sur le secteur. L’étude signale que le  tourisme mondial a connu  la plus importante baisse depuis l’année 2000 en raison de la réduction de l’épargne des ménages qui s’est répercutée sur la demande de voyages.
Autre constat : l’augmentation de la concurrence et la baisse des tarifs aériens font que les flux touristiques sont de plus en plus régionalisés, les touristes s’aventurant de moins en moins loin de leur pays pour des raisons financières.
Ceci étant, les arrivées touristiques dans le monde ont baissé en 2009, à l’exception notable du continent africain qui a enregistré une hausse de 5,1% par rapport à l’année précédente. Au total, ce sont 880 millions de visiteurs qui ont voyagé à travers la planète en 2009 contre 920 millions en 2008, soit une baisse sensible de 4,3%.

L’Europe arrive en tête des régions visitées

L’Europe qui arrive en tête des régions visitées a vu ses arrivées baisser de 5,6%, passant de 481,1 millions en 2008 à 459,7 millions en 2009. L’Asie a accusé une baisse globale de 2%, à 180,5 millions d’arrivées. Dans cette zone géographique, les pays de l’Asie du Sud-Est ont été relativement épargnés par la crise, réussissant même à enregistrer une petite progression (+0,4%), soit 62 millions de touristes en 2009 contre 61,7 millions en 2008. En revanche, dans la même région, les pays du Moyen-Orient ont vu leurs arrivées reculer de 5,6%, à 52,5 millions. Le continent américain a réussi à drainer, en 2009, 139,6 millions de touristes contre 141,1 en 2008, soit une contraction de 6% d’une année à l’autre. Mais c’est l’Amérique du Nord qui a subi le plus le choc avec une baisse de 6% des arrivées contre seulement -2,4% pour les pays d’Amérique du Sud.
Comme cela a déjà été souligné, l’Afrique est le seul continent à avoir connu une hausse du nombre de touristes internationaux (+5,1%), avec cependant un meilleur score pour les pays de l’Afrique subsaharienne qui enregistrent une croissance de 6,4 % de leurs arrivées, soit 30,4 millions de visiteurs contre 28,6 millions en 2008. L’Afrique du Nord a terminé l’année 2009 avec 17,7 millions de touristes contre 17,2 millions, soit une hausse de 2,9%. Au total, le continent africain a attiré, en 2009, 48 millions de visiteurs en 2009 contre 45,7 millions en 2008.

Vingt pays accaparent entre 65 et 70% des recettes

L’étude souligne qu’en 2010, «bien que le cycle économique mondial soit en légère expansion, la prudence reste de mise à court terme, et les mesures de soutien au secteur doivent se poursuivre, malgré la reprise lente de certains marchés».
Ceci étant, le tourisme demeure l’un des secteurs qui crée le plus d’emplois dans le monde, soit aujourd’hui plus de 75 millions d’emplois directs. Il contribue à hauteur de 12% au PIB mondial et capte 9,2% des investissements mondiaux, soit 1 000 milliards de dollars ou 8 000 milliards de DH par an.
Selon l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), les recettes du tourisme dans le monde, titres de transport international non inclus, se sont chiffrées à 852 milliards de dollars en 2009 contre 944 milliards en 2008, soit donc une baisse de 9 %, imputables aux changements de comportement chez les touristes qui cherchent par tous les moyens à réduire les coûts de leur voyage, y compris par la baisse constatée de la durée moyenne de séjour.
Dans cette configuration, les pays du Nord restent, malgré tout, les principaux bénéficiaires des recettes touristiques. En outre, dans les pays de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), le tourisme représente, selon les pays, entre 2% et 12% du PIB, entre 3% et 11% de l’emploi et environ 30% des exportations de services.
On relève ainsi que les 20 premières destinations accaparent entre 65 et 70% des recettes, soit 604,2 milliards de dollars sur les 944 milliards. Certes, la France reste la première destination touristique mondiale avec 79,1 millions de visiteurs en 2009, mais se classe en 3e position en termes de recettes après les Etats-Unis et l’Espagne. La part des recettes qui est revenue aux Etats-Unis a atteint 110 milliards de dollars, soit 11,7% du total, l’Espagne suit avec 61,6 milliards (6,5%) et la France avec 55,6 milliards (5,9%), juste avant l’Italie dont les recettes ont atteint 45,7 milliards (4,8%). Vient ensuite la Chine avec 40,8 milliards (4,3%). On explique ce classement «tant par  la qualité de vie  offerte par les villes de ces pays que par les commodités disponibles». Mais on n’exclut pas un changement de la donne dans les prochaines années avec l’émergence des pays asiatiques et de la Russie qui peut devenir l’une des destinations leaders des touristes.