Tourisme : les hôteliers anticipent une bonne année 2013

Le mois d’avril a été très bon dans la plupart des destinations nationales. L’image du Maroc en tant que destination stable s’est imposée dans les marchés émetteurs.

La reprise du tourisme est-elle en train de pointer à l’horizon ? En tout cas, la plupart des destinations nationales se prévalent d’un très bon mois d’avril. En effet, beaucoup d’hôteliers, notamment à Marrakech, respirent. Selon l’un d’entre eux, si l’année a démarré difficilement, mars a été marqué par un petit redémarrage de l’activité et avril a été, selon lui, «excellent», pendant que les prévisions pour les mois de mai et de juin ne s’annoncent pas mauvaises. Et si les hôteliers se préparent à connaître un mauvais mois de juillet en raison de Ramadan, prévu vers le 9, ils ne désespèrent pas pour le mois d’août.

Pour le premier trimestre 2013, Marrakech a enregistré 405 000 arrivées, en augmentation de 22% par rapport à la même période de l’année 2012, ce qui s’est traduit par une hausse des nuitées de 17%, à 1,3 million. Ces performances sont dues particulièrement aux marchés français, anglais et allemand. Ces deux derniers commencent à écarter le marché espagnol de sa deuxième position. Ceci dit, selon certains hôteliers, le marché national pèse de plus en plus lourd dans la balance.

Le tourisme sportif apporte une bouffée d’oxygène à Ouarzazate

Les bonnes nouvelles arrivent aussi d’Agadir où on enregistre selon le président du Conseil régional du tourisme (CRT), Salaheddine Benhammane, une croissance au-dessus de 10% à la fois en termes d’arrivées et de nuitées. Les prévisions pour l’été s’annoncent bonnes, et ce, malgré Ramadan qui va juste décaler les vacances des nationaux dont les arrivées sont importantes durant l’été. Tout compte fait, conclut le président du CRT d’Agadir, l’exercice 2013 devrait se terminer sur une croissance à deux chiffres des arrivées et des nuitées, et ceci est dû, selon lui, en partie, au fait que le Maroc commence à être perçu dans les marchés émetteurs comme une destination stable, même si cela a pris beaucoup de temps.

Ce qui incite à l’optimisme, c’est que même dans une destination comme Ouarzazate, sinistrée depuis plusieurs années, on parle d’un très bon mois d’avril où certains établissements auraient réalisé des taux d’occupation de 80% grâce à des événements sportifs comme le Marathon des sables ou le Trans-marocain triathlon. Là encore, le président du conseil provincial du tourisme, Zoubeir Bouhout, avance de bonnes prévisions sur le reste de l’année. L’optimisme commence aussi à être perçu à Tanger qui voit ses arrivées augmenter avec l’intensification des dessertes aériennes, dessertes dans lesquelles les hôteliers de Fès placent beaucoup d’espoir surtout en cette période de haute saison pour la destination. D’une manière générale, le retour des compagnies low-cost devrait permettre d’avoir une année 2013 meilleure que celle qui l’a précédée.