Tourisme intérieur : l’Etat met enfin le turbo

Emergence de grands TO nationaux

L’ONMT co-financera des campagnes de promotion.

Longtemps considéré comme partie négligeable, le touriste national n’était sollicité qu’en basse saison, ou lors de crises graves que peut connaître le secteur. On s’est rendu compte après la crise qui a suivi les attentats du 11 septembre 2001 que le tourisme national existait bel et bien et que, depuis des décennies, toutes les infrastructures bâties ne tenaient compte ni de son existence ni de son mode de vie, sinon comme une sorte de roue de secours. Pas étonnant donc si une étude réalisée il y a quelques années par le ministère de tutelle a estimé à plus de 11 millions le nombre de Marocains qui se déplacent chaque année à l’intérieur des frontières, et que moins d’un million d’entre eux séjournent dans les hôtels.

De là naquit, enfin, l’intérêt pour les nationaux, que l’on cherche aujourd’hui, à juste titre, à séduire, à encadrer, et, surtout, le besoin de construire des infrastructures nouvelles adaptées aux besoins des familles marocaines. Bref, il existe désormais une politique pour promouvoir le tourisme intérieur dont la stratégie a été annoncée officiellement le 18 avril 2005.

Celle-ci se décline essentiellement dans ce qu’on appelle le plan «Biladi». Ce plan prévoit la construction de huit stations touristiques et la remise à niveau de dix campings. Les sites répartis à travers le Royaume dans des régions prisées par les nationaux (Asilah, Moulay Bousselham, Sidi Rahal, Ifrane et d’autres) verront la construction d’appartements, de petits bungalows aux côtés des campings.

Remise à niveau de dix campings
Les appels d’offres pour l’aménagement de ces stations seront lancés au courant de cette année et l’on espère au ministère qu’elles susciteront l’intérêt du secteur privé marocain. Une telle démarche est aussi appuyée par une loi sur l’immobilier locatif à vocation touristique, en cours de finalisation, destinée à encourager les acquéreurs par, notamment, des avantages fiscaux spécifiques. Cette loi contribuerait certainement à encourager la location du parc d’appartements et de résidences privés existants dans les stations balnéaires.

En parallèle, les discussions sont en cours avec les groupes qui ont répondu à l’appel à manifestation d’intérêt pour la sélection de tour-opérateurs pour le tourisme national. Trois soumissionnaires ont ainsi été retenus : il s’agit de deux voyagistes, Hollidays Services et Atlas Voyages et d’un troisième, Manzah Diafa, opérant dans la restauration et l’événementiel associé au consortium Mobilephone.

Les discussions qui traînent quelque peu en longueur portent sur les objectifs à atteindre, sur le plan de développement des réseaux de distribution des produits, le plan marketing, etc. Et selon le ministre du Tourisme, Adil Douiri, il vaut mieux aller doucement pour sortir avec des projets viables que de précipiter les choses. Ces grossistes du voyage pour le tourisme intérieur devraient commencer à opérer avant la fin 2006, et l’Etat devra les accompagner à travers le co-financemenet via l’ONMT de campagnes de promotion.