Tourisme : Agadir à la recherche d’un nouveau souffle

La destination balnéaire est toujours marquée par une activité à deux vitesses et l’aérien reste encore son talon d’Achille. C’est le bilan dressé par le conseil d’administration du Conseil régional du tourisme d’Agadir.

Agadir s’est depuis quelques jours vidée de ses derniers visiteurs nationaux. La saison estivale est finie et aujourd’hui l’heure est au bilan au sein du Conseil régional du tourisme (CRT) d’Agadir Souss Massa. L’entité a tenu son conseil d’administration et son assemblée générale jeudi 15 septembre avec pour fait marquant la clôture du mandat du bureau dirigeant sortant. C’était l’occasion de revenir sur l’activité et notamment les lourdes retombées de la crise sanitaire sur le précédent exercice.
Pour tous, l’année 2021 a été une des pires années pour la destination avec d’importantes baisses dues à la fermeture de près de 45% des lits et un recul drastique de la demande. Pour redynamiser la destination, le CRT dit avoir mené plusieurs actions de promotion pour relancer la destination. Le regain de l’activité durant la toute dernière période estivale a mis du baume au cœur des professionnels mais aujourd’hui les hôteliers veulent maintenir ce vent de reprise et sont à l’affût de tout ce qui pourrait doper l’activité. Et pour cause. Bien que la destination ait enregistré un retour en force des touristes cet été, la reprise est toute relative et reste à deux vitesses. Il y a encore des établissements qui n’ont pas rouvert leurs portes depuis la période du confinement et il est à parier que les hôtels quatre et cinq étoiles à Agadir, ainsi que les nouveaux resorts de Taghazout seront ceux qui tireront leur épingle du jeu durant la prochaine saison avec le retour des marchés émetteurs étrangers.
Pour l’heure, il y a cependant peu de visibilité pour la saison d’hiver. Les opérateurs estiment qu’il est urgent de renforcer l’aérien pour faire revenir les marchés émetteurs traditionnels de la destination. En attendant, le marché allemand, qui a été depuis toujours un des premiers marchés de la station balnéaire, est aujourd’hui quasi absent. Les marchés anglais, français et belge ont aussi besoin d’une meilleure connexion aérienne vers Agadir. De fait, pas de reprise rapide et durable sans une bonne programmation aérienne pour répondre à l’offre hôtelière existante qui peut aujourd’hui absorber deux fois plus de sièges que durant 2019.
Après la traversée du désert qu’a constitué pour tous la crise sanitaire, le CRT a besoin de se remettre à flot pour jouer véritablement son rôle de fédérateur de toutes les composantes du secteur. L’entité a besoin aujourd’hui de toutes ses forces pour se renouveler, pour mieux convaincre et constituer un véritable moteur pour la destination. Reste à lui en donner aussi les moyens pour qu’elle remplisse pleinement ce rôle.