Top Class lance des self-services Lavazza

Un local pilote est ouvert à Casablanca
Un million de dirhams pour s’offrir une franchise.

Après avoir introduit, il y a une dizaine d’années, non sans difficultés, le café Lavazza dans les lieux publics et les entreprises, la société Top Class, leader dans un marché où 7 millions de dosettes de café sont consommées chaque année, s’essaie à un autre exercice. Elle a ouvert, depuis un mois, un point de vente pilote au sein de la galerie commerciale d’Acima, dans le quartier Lahjajma, à Casablanca, pour lancer, affirme son directeur, Lucien Leuwenkroon, une franchise internationale à partir du Maroc. De quelle franchise s’agit-il ? Tout simplement, d’un lieu de rencontre et de dégustation, on l’aura deviné, de café Lavazza. Des coffee-shop en quelque sorte. Mais, comme on ne peut pas ouvrir un établissement convivial avec un seul type de boisson, M. Leuwenkroon, en ex-parfumeur averti, a pensé à diversifier son offre en associant à son café de renommée d’autres produits, en l’occurrence le thé et le chocolat. Il a ainsi obtenu l’accord de deux opérateurs majeurs dans ces domaines.

Pour le chocolat, c’est la marque Van Houten, encore peu connue du grand public au Maroc, mais qui produit 40% du chocolat dans le monde et fournit les plus grandes enseignes dans ce domaine qui a été choisie.
Même démarche pour le thé. Top Class s’est s’adossée à un grand importateur français, Le Palais des Thés, qui commercialise dans ses boutiques à travers le monde une gamme de 250 produits provenant principalement des pays asiatiques.

Café, thé, chocolat, capsules à 7 DH
Avec ses trois boissons, présentées sous forme de capsules au prix de 7 DH, le magasin pouvait être ouvert, avec son enseigne propre, dûment brevetée et enregistrée sous un nom qui résume tout le concept : Self Acting Hot Drink’s. Traduisez : se servir soi-même des boissons chaudes. En effet, le client achète une capsule de la boisson de son choix, l’introduit lui-même dans la machine adéquate et le tour est joué. Le décor et le mobilier ont été conçus par une équipe d’architectes et de décorateurs marocains et étrangers, avec des couleurs vives et ce sera identique dans tous les points de vente qui vont ouvrir. Les locaux devront se situer dans des lieux de passage (galeries marchandes, proximité des grandes surfaces, etc.) et le franchisé idéal, pour Lucien Leuwerkroon, serait un couple dans la quarantaine, capable de se payer tout de même la franchise, soit un million de dirhams pour les droits d’entrée, l’aménagement et le stock.