Textile : nouvelles mesures pour encourager l’export vers les USA

Deux actions phares : campagne de communication sur le Maroc aux Etats-Unis et renforcement de la participation dans les salons et foires spécialisés.
Dix entreprises du textile de maison, de l’habillement et de la chaussure ont pu décrocher des contrats pour un montant de 280 MDH.

Mis en place en 2006 grâce à une collaboration maroco-américaine, le programme New business opportunities (NBO), destiné à aider des entreprises industrielles et de services à exporter sur le marché américain, est en train d’être redynamisé. Deux actions seront bientôt menées. La première est une campagne de communication en faveur du Maroc, notamment de son industrie textile, dans plusieurs supports américains. La seconde réside dans l’encouragement du contact direct entre les opérateurs marocains et leurs homologues américains.
Pour cela, plusieurs manifestations, notamment des foires et salons ont déjà été identifiés par les responsables du NBO, auxquels pourront participer les industriels afin de présenter leur offre et de faire connaître leurs capacités de production et leur savoir-faire industriel. Et c’est dans ce cadre que s’inscrit l’organisation, en février-mars 2009, du Morocco Day’s Textile, à New York. Par ailleurs, et au niveau organisationnel, les responsables du programme ont ouvert un «Espace USA» dans les locaux même de l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (Amith) ainsi qu’à la Fédération des industries du cuir (Fedic) pour assurer un échange permanent avec les industriels des deux secteurs.
Dans ces secteurs, les opérateurs se disent satisfaits de ces «initiatives qui ne peuvent qu’améliorer le programme et lui permettre de donner des résultats concrets sur le terrain».
Jusque-là, il faut le dire, les industriels du textile se sont montrés très critiques à l’égard du programme car, disent-ils, «il y a eu peu de résultats tangibles sur le terrain et beaucoup de cafouillage dans le fonctionnement de ce programme, notamment des changements fréquents de chefs de projet. Ce qui s’est traduit pas une discontinuité des actions et affecte la bonne marche du programme». Par ailleurs, nombre d’industriels font remarquer que, depuis son démarrage, le programme «a surtout porté sur des expertises et des audits alors que l’objectif du NBO est de créer du business !»

30 millions de mètres carrés sous-utilisés

Les responsables du projet NBO sont restés, à l’heure où nous mettions sous presse, injoignables.On retiendra quand même que les mises en contact ont permis à une dizaine d’entreprises des filières du textile de maison, de l’habillement et de la chaussure de décrocher des commandes fermes. Ce qui leur a permis de réaliser un chiffre d’affaires global d’environ 280 MDH sur le marché américain. Les principales enseignes américaines concernées sont Mothers Works, Prana, Ann Taylor, Spring Footwear, Garo Shoes, James Perse, Kohl’s et Harry Chatmajian.
Le courant d’affaires peut être amélioré, selon des industriels du textile, à la mesure du potentiel de ce marché. D’autant plus que le Maroc dispose d’atouts intéressants, notamment la réactivité par rapport aux concurrents asiatiques, l’exonération des droits de douane et, enfin, la qualité de la production qui est meilleure que celle des produits en provenance de Chine.
Des atouts qui doivent être renforcés par l’assistance technique assurée par le NBO. Ce programme, rappelons-le, vise l’accompagnement des secteurs industriel et de services à augmenter leurs flux d’affaires avec les Etats-Unis.
Suite à deux appels à manifestation d’intérêt lancés en 2006 et 2007, 74 entreprises marocaines de textile et habillement, cuir, chaussure et automobile ont été sélectionnées pour bénéficier d’un package global d’assistance basé sur une démarche individuelle. Cette démarche consiste en l’élaboration d’un plan d’action ciblé et confectionné par des consultants américains et locaux en partenariat avec l’entreprise concernée.
Sur les 74 unités sélectionnées, une quarantaine opérant dans l’industrie textile ont finalement adhéré au programme. Outre l’encadrement des entreprises, un quota d’exportation équivalant à 30 millions de m2 de tissu en franchise de droits de douane est octroyé annuellement aux entreprises exportant dans le cadre du NBO sur le marché américain. Cependant, selon des industriels, le quota est sous-utilisé et peu d’opérateurs profitent de ce débouché car, pour l’instant, les entreprises marocaines restent attachées au marché traditionnel qu’est l’Europe.