Textile : les industriels recommencent à  y croire, malgré des exportations toujours en baisse

La baisse ramenée à  17% au terme des cinq premiers mois contre 25% à  fin avril.
Le dollar fort pénalise les exportations asiatiques au profit des méditerranéennes.
Les commandes de couvertures, linge de maison et articles confectionnés en tissu ont grimpé en flèche.
Les mesures de soutien ont permis au secteur de tenir le coup.

Le nouveau bureau de l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (Amith) qui a pris ses fonctions début juillet se veut confiant quant aux perspectives d’avenir du secteur. Ses membres parlent d’une légère reprise dans le textile à la fin du premier semestre et pensent que le secteur se dirige vers une sortie de crise. Si l’on s’en tient aux chiffres à fin mai, tout juste publiés par l’Office des changes, cet optimisme peut effectivement être partagé. Pour les vêtements confectionnés, la baisse de la valeur des exportations n’est plus que de 17,2%, par rapport à la même période de 2009, au lieu de 25% enregistrés au cours des 4 premiers mois. En ce qui concerne la bonneterie, le repli est ramené à 16,2%, contre 24,3% à fin avril.
L’écart est petit à petit comblé, mais il faudra encore beaucoup d’efforts pour égaler les réalisations de l’année précédente, pourtant décevantes à cause de la crise. Entre janvier et mai, donc, les exportations de vêtements confectionnés se montent à 6,85 milliards de DH, pour un volume en recul de 35,4%, à 15 577 tonnes. Observée de plus près, cette contraction recèle pourtant des marques de satisfaction. Le prix moyen par tonne s’est en effet sensiblement apprécié, passant de 342 795 DH à 439 594 DH. Une telle évolution reflète soit une meilleure négociation des contrats, soit l’amélioration de la valeur ajoutée des produits livrés. La bonneterie, elle, a évolué en sens inverse. Bien qu’avec des volumes en progression de 39%, à 20 567 tonnes, les exportations n’ont rapporté que 2,35 milliards de DH. D’une année à l’autre, le prix moyen par tonne est tombé de 190 048 DH à 114 368 DH. Selon les industriels, une baisse des prix a été consentie pour retenir les commandes.

Retour des grands donneurs d’ordre européens

Mais le textile, ce n’est pas que la confection et la bonneterie, même si elles constituent les activités phare. D’autres produits que sont les tissus de coton et le tapis ont chuté de 24% et 11,2%, à 66,8 et 29,2 MDH. Les résultats sont plus encourageants pour les couvertures dont la valeur est passée de 16,6 MDH à 316,2 millions, les articles confectionnés en tissus, en hausse de 136%, à 357 millions, et le linge de maison pour lequel les recettes se montent à 96,4 millions contre 36,6 millions, soit une amélioration de 163%. L’amélioration des exportations de ce dernier produit s’explique, selon des industriels, par l’agressivité commerciale sur certains marchés étrangers et par les efforts de restructuration de la filière notamment par la création de consortiums d’exportations qui ont permis une amélioration de l’offre marocaine.
Et pour la suite ? Les textiliens soulignent l’existence de grandes incertitudes par rapport aux répercussions de la crise grecque et les politiques d’austérité décidées par les pays européens. Mais, dans le même temps, la hausse du dollar et celle des cours des matières premières, libellés dans la même devise, devrait inciter l’Europe à se tourner vers des marchés proches qui, eux, facturent en euros.

326 entreprises ont bénéficié du remboursement des charges sociales

On signale chez l’Amith que plusieurs donneurs d’ordre ont manifesté, durant les dernières semaines, leur intérêt pour le Maroc et donc leur intention de se détourner des pays asiatiques, la Chine en particulier. Celle-ci a enregistré, à la lecture d’un bilan présenté par l’Amith, lors de son assemblée générale tenue le 1er juillet, une contraction de 10,9% de la valeur de ses exportations vers les pays de l’Union européenne. La baisse a été légèrement plus importante pour le Bangladesh (-11,9%) et le Sri-Lanka (-19,9%). 
En dehors des performances chiffrées, les industriels signalent que, globalement, les mesures de soutien ont donné leurs fruits. Ainsi, au 15 juin 2010, on retiendra que sur les 349 demandes déposées, 326 entreprises ont bénéficié du remboursement des charges sociales pour une période de neuf mois. Sur le volet financier, 107 sur les 114 demandes ont été agréées. En ce qui concerne l’accompagnement commercial, 39 entreprises ont bénéficié du remboursement de leurs activités de promotion. Enfin, pour la formation, une enveloppe de 14,2 MDH a été allouée au remboursement de 67 entreprises. On retiendra également qu’une quarantaine de sociétés ont demandé une prorogation des délais de leurs comptes d’admission temporaire.
Sur le marché intérieur, l’amélioration est également au rendez-vous grâce aux mesures de lutte contre la sous- facturation. L’Amith ne dispose pas d’estimation chiffrée du marché local, mais elle souligne qu’«une nouvelle dynamique de l’investissement s’est enclenchée» et elle devrait se poursuivre si la lutte contre les pratiques frauduleuses et anticoncurrentielles est poursuivie.