Textile : le Maroc de retour dans la stratégie de sourcing des pays européens

Les importations d’articles d’habillement de France, d’Espagne, du Royaume-Uni, d’Allemagne et d’Italie en provenance du Maroc ont augmenté de 5% durant les trois premiers mois de 2015. La concurrence des pays asiatiques est de plus en plus rude.

Les approvisionnements en textiles des pays européens à partir du Maroc poursuivent leur progression. Après une croissance de 8,8% enregistrée en 2014, les importations d’articles d’habillement de France, d’Espagne, du Royaume-Uni, d’Allemagne et d’Italie en provenance du Maroc ont augmenté de 5% durant les trois premiers mois de 2015, selon une étude réalisée par l’Institut français de la mode (IFM). Leur valeur a atteint 392,3 millions d’euros. Pour le textile, la variation a été plus importante : 11% par rapport à la même période de l’année 2014, pour une valeur de 35,8 millions d’euros. Les professionnels du secteur estiment qu’«il s’agit d’une bonne performance qui confirme le retour du Maroc dans la stratégie de sourcing des donneurs d’ordre européens qui s’en étaient détournés depuis 2009».

Les exportations de textile globales sont en stagnation  

Le textile-habillement marocain s’est mieux positionné, poursuivent les industriels, durant ce premier trimestre par rapport à ses concurrents directs, notamment la Turquie, la Tunisie ou encore l’Egypte.Cependant, en dépit de cette amélioration de 5% du sourcing des donneurs d’ordre européens, le Maroc est aujourd’hui, selon l’IFM, le 7e fournisseur des cinq pays européens concernés par l’étude alors qu’il occupait la cinquième place en 2014. Cela s’explique, selon les opérateurs du secteur, par «la très forte concurrence de pays comme le Cambodge et le Vietnam qui connaissent une très forte évolution de leurs exportations vers les pays européens».

En effet, l’étude de l’Institut français de la mode retient une progression de 29% pour le Cambodge et de 32% pour le Vietnam, avec une valeur des expéditions vers les marchés européens respectivement de 424 et 475 millions d’euros au cours du premier trimestre 2015. Ces pays bénéficient, selon les textiliens, de «facilités pour un accès préférentiel aux marchés européens. Ce qui défavorise le Maroc mais nous pouvons agir ailleurs pour faire face à cette concurrence». Les opérateurs avancent que l’amélioration et le développement de l’offre marocaine permettraient un meilleur positionnement sur la carte sourcing des donneurs d’ordre européens.Cela dit, même si la priorité accordée au Maroc par les acheteurs européens est confirmée par la hausse des approvisionnements, on peut noter qu’elle n’a pas beaucoup impacté les exportations globales du secteur depuis janvier 2015. Celles-ci se sont stabilisées, selon les statistiques de l’Office des changes, avec une petite augmentation de 0,4%. La confection a augmenté de 2,6% avec une valeur de 5,3 milliards de DH alors que la bonneterie a reculé de 4,3%, à 1,7 milliard de DH.