Textile : Jettou promet un plan de relance dans 10 jours

Mesures prévues : réforme tarifaire, promotion, rééchelonnement des dettes auprès de la CNSS.

Le Plan de relance du secteur textile sera signé dans une dizaine de jours. C’est ce qu’a promis le premier ministre aux professionnels, lors d’une réunion tenue le 22 juin à la primature. La signature de ce plan, vital pour le secteur, interviendra dans le cadre de l’assemblée générale de l’Amith (Association marocaine de l’industrie du textile et de l’habillement) à laquelle les professionnels comptent inviter Driss Jettou.
La mesure phare du plan de relance est bien sûr la réforme tarifaire très attendue par les industriels. Il n’ y a pas encore une architecture définitive du projet de réforme tarifaire, affirme-t-on au ministère du Commerce et de l’industrie, et des réunions étaient prévues tout au long de cette semaine afin de finaliser la tarification et d’arrêter les produits auxquels elle s’appliquera. La liste comprend aussi bien les produits finis que les intrants comme les fils, tissus et accessoires. L’objectif de la réforme tarifaire est, bien entendu, d’améliorer la compétitivité du produit marocain et d’assurer une disponibilité des matières premières.
Si, pour la restructuration financière, l’entreprise du textile bénéficiera des mesures de mise à niveau prévues pour toutes les industries nationales, elle disposera par contre de moyens plus importants pour assurer la promotion de sa production. Driss Jettou a en effet demandé aux industriels de lui fournir «un programme détaillé et chiffré des actions prévues pour la promotion du secteur. Et c’est sur la base de ce programme que l’on procédera au renforcement des moyens de promotion», dit-on au ministère de l’Industrie.

5 MDH sont actuellement alloués à la promotion
Les actions promotionnelles prévues visent les marchés américain et européen. Aujourd’hui, c’est une enveloppe de 5 MDH qui est allouée à la promotion. Ce budget sera revu à la hausse pour un meilleur positionnement du textile marocain sur les marchés étrangers.
Le premier ministre a aussi décidé la reprise des discussions avec la CNSS à propos du dossier des pénalités et majorations de retard. Cela permettra d’alléger la dette sociale des entreprises et surtout d’équilibrer leur trésorerie.
Concomitamment à la signature du plan de relance, l’on s’attend à ce que soient annoncés les résultats de l’enquête sur les fermetures d’unités intervenues depuis janvier de cette année. Actuellement, et selon le ministère de l’Industrie, « 20 % des questionnaires administrés ne sont pas traités». Les résultats de cette étude pourront renseigner sur les conséquences de la crise qui sévit dans le secteur depuis plusieurs mois.