Textile : 57 projets et 1,2 milliard de DH d’investissements annoncés depuis mars 2015

28 projets ont été lancés lors de la signature des contrats de performance des trois premiers écosystèmes. Neuf investissements d’opérateurs étrangers signés en marge des assises de l’industrie. Les trois nouveaux écosystèmes s’engagent à réaliser 20 autres projets d’ici 2020.

L’industrie du textile est en marche pour changer définitivement de visage! Trois nouveaux écosystèmes viennent d’être lancés, jeudi 6 octobre. Maille, textile technique et textile de maison sont les filières concernées. Objectif arrêté : réaliser 20 projets d’investissements portés par des locomotives pour un chiffre d’affaires additionnel de 8,4 milliards de DH, dont 2,5 milliards à l’export, et créer 16763 emplois à l’horizon 2020. Ces écosystèmes viennent s’ajouter aux trois premiers, lancés en février 2015, en l’occurrence Denim, Fast Fashion et Distributeurs industriels de marques nationales.

En gros, la démarche de structuration en écosystèmes dans le secteur du textile vise trois objectifs que sont l’amélioration de la compétitivité du Made in Morocco, le développement de l’innovation et l’amélioration de l’amont, qui reste le talon d’Achille de l’industrie. Les filières structurées s’engagent ainsi à développer une offre intégrée au profit des donneurs d’ordre (locomotives), à investir dans des activités à forte valeur ajoutée et essayer d’intégrer les unités opérant dans l’informel. Pour les trois nouveaux écosystèmes, la filière de la maille est ainsi appelée à favoriser l’émergence d’un tissu intégré, s’appuyant sur un partenariat stratégique entre locomotives et PME avec comme objectif de développer une offre de produits diversifiée et de qualité. La filière textile de maison devra quant à elle reconquérir les parts de marché perdues à cause de la montée des importations et aller vers les produits les plus compétitifs à l’export. A l’écosystème textile technique échoit la mission de développer l’expertise des opérateurs et d’attirer de nouveaux investisseurs.

Le secteur réalise 25 à 30% des exportations industrielles

Pour mettre en œuvre tout ce programme, plusieurs conventions d’investissement entre le gouvernement et les dirigeants des entreprises ont été signées depuis l’identification des premiers écosystèmes en mars 2015. Hormis les 20 projets actés récemment, 28 investissements dont 6 sont portés par des locomotives et 22 par des PME, ont été annoncés en mars 2015. Ils portent sur un montant de 713 MDH et sont appelés à créer 11 951 emplois et à générer un chiffre d’affaires additionnel de 2,3 milliards de DH et un chiffre d’affaires à l’export de 1,3 milliard de DH. La réalisation de ces projets d’investissement permettra d’augmenter la capacité de production des entreprises, de diversifier les produits et marchés, mais aussi de développer le design et la créativité dans le secteur et d’étendre le réseau commercial des distributeurs industriels. Pour le ministère du commerce et de l’industrie, ces projets favoriseront la création d’une dynamique de croissance intégrée et en parfait accord avec la logique des écosystèmes mis en place. Car ils représentent une opportunité pour conquérir de nouveaux marchés à l’export et attirer de nouveaux donneurs d’ordre internationaux. Chose faite, puisque plusieurs investisseurs étrangers ont annoncé leur installation ou la consolidation de leur présence au Maroc. En effet, lors des assises de l’industrie, Decathlon a signé un contrat pour le développement au Maroc d’une plateforme d’achat et d’un réseau de vente avec un investissement de 163 MDH. Ces projets devraient générer plus de 2 milliards de DH de sourcing local. L’enseigne compte également ouvrir 26 nouveaux magasins au Maroc et étendre son entrepôt situé à la zone franche de Tanger. Huit autres contrats d’investissement ont été annoncés dans le secteur, totalisant 425 MDH d’investissement. Les entreprises concernées sont Bluefinger, Med sourcing, Tint Color, Bernitex Clean, John Haralambous, Island Blue, Settavex, Wash & Co, et VFI. Au total, depuis mars 2015, les conventions d’investissement portent sur la réalisation de 57 projets, totalisant 20673 emplois pour des investissements qui dépassent 1,2 milliard de DH. Pour rappel, le secteur contribue pour 25 à 30% aux exportations industrielles nationales, crée près de 15% de la valeur ajoutée industrielle et est le premier employeur dans l’industrie.