Terres agricoles de l’Etat : 21 240 ha cédés à  255 investisseurs

60 étrangers ont participé à  l’opération, mais seuls 4 sont retenus. L’investissement total projeté est de l’ordre de 10 milliards de DH. Une 4e tranche de 20 000 ha sera lancée en septembre prochain.

Les résultats de la 3e tranche de l’opération de partenariat public/privé autour des terres agricoles du domaine privé de l’Etat viennent d’être rendus publics. L’offre globale a porté sur 21 240 ha, dont 12 427 provenant des terres agricoles louées par la direction des domaines, 7 143 des terres Sodea/Sogeta et 1 640 ha des terres exploitées par les établissements de formations agricoles (Offices régionaux de mise en valeur agricole et Institut national de recherche agronomique). Ce sont 60 candidats qui ont été retenus pour les grands projets (superficie moyenne de 234 ha) et 195 pour les petits (superficie moyenne de 13 ha) et moyens (superficie moyenne de 48 ha) projets. Mais au départ, pas moins de 2 950 dossiers avaient été retirés pour cette opération qui avait débuté le 29 mars 2010 et auxquels l’Etat avait accordé un délai de 100 jours pour ficeler leurs offres. En fin de compte 1 929 offres avaient été soumises, dont 1 848 présentant toutes les conditions de participation. Après présélection et désistements, 131 candidats ont passé l’entretien pour les grands projets et 233 pour les moyens et petits projets. Ahmed Hajjaji, directeur de l’Agence de développement agricole (ADA), a expliqué le retard de trois mois (il a été de 15 mois au lieu de 12 pour la précédente tranche) par le nombre plus important de prétendants, une moyenne de 6,5 candidats par projet, trois fois plus que pour la première tranche et 2,3 fois que le niveau de la 2e tranche.

Environ 25 000 emplois seront créés

Eléments importants à signaler pour cette tranche, ils étaient 60 étrangers à déposer une offre, mais seuls 4 d’entre eux ont bénéficié d’un terrain. De plus, c’est la première fois que des projets d’agro-tourisme (2) sont retenus. Pour ce qui est de la nature d’activité, on retrouve l’agriculture et l’agroalimentaire qui se taillent la part du lion dans les grands projets, avec respectivement 45% et 38% contre 17% pour les activités non agricoles. Pour les moyens projets, l’activité agricole et agroalimentaire représentent 49% et 14%, alors que le non-agricole compte pour 37%. L’investissement global est d’un peu plus de 9,7 milliards de DH, dont 8,2 milliards pour les filières végétales, pour un nombre d’emplois créés estimé à plus de 24 400.
La prochaine cession des terres de l’Etat (la quatrième du genre) dont la date de lancement est prévue en septembre prochain. Elle portera vraisemblablement sur près de 20 000 ha qui sont en cours d’identification.