Terres agricoles de l’Etat : 14 milliards de DH investis à fin 2015

Les investissements ont été réalisés dans la production végétale, l’élevage et les unités de valorisation. L’opération a permis la création de 42 000 emplois et l’équipement de 37 500 ha en irrigation localisée.

Le bilan de l’opération de partenariat public-privé autour des terres agricoles de l’Etat (depuis son lancement jusqu’à fin décembre 2015) a été rendu public. Portant sur une superficie de 111000 ha, les projets de PPP sont au nombre de 835. Les investissements engagés sont, pour leur part, évalués à près de 14 milliards de DH sur 15,2 milliards prévus. Ainsi, le taux de réalisation, qui atteint 92%, est jugé très satisfaisant.

Par activité agricole, la production végétale a drainé 2,2 milliards de DH, l’élevage 1 milliard et les unités de valorisation 1,3 milliard. D’autres actions tels les aménagements hydro-agricoles et fonciers ont totalisé 4,7 milliards de DH. Au total, 42 000 emplois permanents, dont 687 postes d’ingénieurs et 1 563 de maîtrise, ont été créés. Outre la création d’emplois, cette opération de PPP a apporté des avantages comme l’extension du système d’irrigation. Le bilan fait état de 37 500 ha de terres équipés en irrigation localisée et dotés de l’infrastructure hydro-agricole nécessaire. En effet, 315 bassins d’accumulation d’eau sont mis en place pour une capacité totale de 9,5 millions de m3.
9 000 vaches et 18 000 têtes d’ovins achetés

La mécanisation des exploitations n’est pas en reste. Globalement, près de 1 600 unités ont été acquises dont 1000 tracteurs, 126 semoirs et 385 pulvérisateurs. Les exploitations concernées sont réparties entre 16000 ha de plantations d’agrumes et 13 000 ha d’olivier. Concernant la production animale, les éleveurs se sont procuré 9 000 vaches et 18000 têtes d’ovins. Pour les héberger, 80000 m2 d’étables modernes et 25000 m2 de bergeries ont été construits sans compter 45 poulaillers. La valorisation de la production a été, elle, menée à travers l’installation de près de 100 unités modernes dont 59 unités de valorisation de fruits et légumes et 26 unités de trituration des olives.

Ces résultats ne sont pas le fruit du hasard. Les projets de partenariat jouissent d’un suivi régulier par une commission interministérielle et d’un accompagnement de l’agence pour le développement agricole. Ce suivi a permis également d’accompagner les projets de partenariats ayant connu du retard et de sanctionner ceux dont les porteurs n’ont réalisé aucun investissement. Les terres agricoles exploitées (relevant du domaine privé de l’Etat) dans le cadre du PPP sont soumises à un régime de location longue durée de 17 à 40 ans selon le type de projet. En contrepartie, les promoteurs qui les exploitent s’engagent à entreprendre des projets d’investissement agricole dans le but de permettre une valorisation adéquate de ces terres et créer de l’emploi en milieu rural.