Téléviseurs : les ventes d’écrans plats explosent, 80% de hausse !

Sur les quatre premiers mois de l’année, leur part de marché est montée à  56% de ventes, alors qu’en 2009 elle n’était que de 30,7%.
Les ventes de télés à  tube cathodique chutent de 33%.
Une baisse des prix de 10% des écrans plats est observée tous les six mois.

Le marché des téléviseurs pourrait bien sauver la mise à un secteur de l’électroménager dont les ventes, quoique enregistrant des volumes en hausse, souffrent d’une baisse continue des prix. Ainsi, si les achats de réfrigérateurs, marché saturé, ont marqué le pas, relayés, dans des proportions moindres, par ceux de machines à laver (voir La Vie éco du 28 mai dernier, www.lavieeco.com), sur le créneau du brun, la fièvre acheteuse des téléviseurs a repris de plus belle, impact du Mondial aidant, mais pas seulement, puisque l’apparition des téléviseurs à écrans plats (plasma, LCD, LED) a également précipité le taux de renouvellement de ce que l’on ne peut plus qualifier aujourd’hui de petite lucarne. En 2009, et selon les chiffres du cabinet spécialisé GFK, le marché global des téléviseurs s’est établi à 436 631 unités en volume pour une contre-valeur de 1,38 milliard de DH. A fin avril 2010, ce sont près de 143 000 nouveaux téléviseurs toutes catégories confondues qui avaient trouvé preneur, et selon les fabricants et importateurs, les mois de mai et juin ont été très prometteurs, ce qui augure d’un bel exercice. Fait à relever, sur ces 150 000 unités écoulées en 4 mois, les écrans plats se taillent une part de 56% en volume (85% en valeur) alors qu’au cours de l’année 2009 ils ne représentaient que 30,7% du marché, selon les calculs de GFK. Par rapport aux quatre premiers mois de l’année 2009, la hausse est de 80% alors que les ventes en volume de TV à tube cathodique ont, elles régressé de 33% !
Il faudra certes attendre le dernier trimestre de l’année en cours pour se faire une idée de la hausse du marché des écrans plats, mais selon les estimations d’Abdeljalil Lahlou, DG de Siera, fabricant local de téléviseurs, on se dirige vers un taux de croissance de 50%.

Après les écrans LED, la télé 3D arrive

Bien entendu, les chiffres provisoires diffèrent d’une marque à l’autre. Chez Samsung, Saïd Sabir, responsable marketing, annonce ainsi une croissance de 87% des ventes d’écrans tous types confondus depuis le début de l’année, en comparaison à la même période de l’année dernière. Et l’essentiel de cette impressionnante croissance revient sans conteste aux écrans LCD qui ont connu une évolution de près de 120% sur la période. Une telle évolution s’explique en premier lieu par le fait que le lancement de cette gamme chez Samsung remonte exactement au premier semestre 2009. Partant de rien, ces chiffres ne font qu’illustrer l’enthousiasme qui s’est rapidement déployé autour de cette catégorie d’écrans. Suivent les écrans plasma et les écrans LED pour lesquels Samsung affirme que les chiffres ont été multipliés par deux, sur des volumes moindres, évidemment.
Même écho chez Siera pour qui les volumes de vente auprès du réseau ont connu une évolution très importante sur les 5 premiers mois de 2010, en comparaison avec la même période de 2009. Nous n’avons pu avoir les estimations de LG mais, selon un revendeur agréé, cette marque est également très demandée sur toute sa gamme.
D’après Asmâa Bennis, directrice marketing et développement à Siera, l’engouement pour les écrans de télévision nouvelle génération a permis de tirer les ventes des fabricants de l’électroménager, le blanc restant en retrait essentiellement en raison d’une saisonnalité qui ne lui est pas encore favorable. Dopé par des actions commerciales sur les points de vente telles le crédit gratuit et des offres packagées (lecteur DVD, décodeur TNT ajouté au téléviseur), le marché des écran plats a plongé un peu plus le tube cathodique dans les oubliettes.
Fait nouveau de ces derniers mois, après les écrans plats très fins grâce à la technologie LED (diodes électroluminescentes), ce sont les téléviseurs 3D qui seront la vedette des mois à venir. Chez Siera, on avoue y réfléchir. «Mais ce n’est pas notre priorité. Nous lançons cette année des modèles LED et nous préférons attendre le retour des clients sur la technologie 3D pour oser nous aventurer», poursuit la directrice marketing.

3 900 DH pour un LCD 32 pouces

«Les premiers écrans 3D arrivaient en France en avril 2010. Au Maroc, ils sont proposés à la clientèle depuis mai 2010. Le Maroc n’est donc pas à la traîne. Le tapage mondial lié au succès du cinéma 3D a permis d’attiser la curiosité des consommateurs venus tester la technologie sur les points de vente. Nous sommes très optimistes», se réjouit, pour sa part, M. Sabir. Toutefois, les avis restent partagés. D’un côté, il y a ceux qui sont prêts, dans l’immédiat, à acquérir un écran 3D. De l’autre, ceux qui préfèrent patienter jusqu’à ce que l’offre  de programmes télévisés et cinématographiques en trois dimensions soit plus étoffée.
Dans tous les cas, le développement technologique rapide explique la baisse continue des prix, qui encourage les consommateurs à s’offrir un nouveau poste. Cette baisse de prix est estimée à 10% tous les six mois environ, selon Mme Bennis. Néanmoins, la différence de prix entre les différents types d’écrans n’est pas négligeable. Pour Samsung, on avance ainsi qu’un écran LED coûte 30% plus cher qu’un écran LCD. D’une marque à l’autre, les prix varient également. Chez un revendeur de la place, un écran LCD de 32 pouces de Samsung coûte 3 399 DH, contre 3 990 DH pour LG, 4 390 DH pour Philips et pour Sony à 5 290 DH, mais là encore tout dépend de ce que comprend le téléviseur comme possibilités (prises HDMI, niveau de contraste…). Selon GFK, on pouvait à fin avril trouver sur le marché un LCD 32 pouces à 3 900 DH alors qu’il en coûtait 5200 DH début janvier.