Téléphone mobile : un Marocain sur deux est branché !

14,9 millions de clients pour le GSM à fin septembre

Internet : 357 000 abonnés et une progression de 22,7% en un an.

Six ans et demi après l’arrivée de la concurrence, le secteur de la téléphonie mobile continue d’engranger une croissance à deux chiffres. A la fin de septembre 2006, le nombre total de clients pour la téléphonie mobile se montait à 14,9 millions au lieu de 13,2 millions à l’issue du premier semestre 2006 et près de 12 millions à fin septembre 2005. En un an, la progression est de 24,3%. Ces chiffres sont tirés de l’analyse de l’évolution du secteur effectuée par l’ANRT (Agence nationale de réglementation des télécommunications) au terme du troisième trimestre 2006. Le taux de pénétration, lui, a augmenté de près de 5 points par rapport au trimestre précédent, atteignant ainsi 49,85 % de la population, soit un Marocain sur deux.

Mais cette progression du mobile ne fait pas le bonheur de tout le monde. C’est Maroc Telecom, l’opérateur historique, qui voit sa part de marché passer de 67,4 % à 70,4% d’un trimestre à l’autre et qui arrive à atteindre le score de 10,5 millions de clients. En revanche, Méditel a connu un sensible fléchissement : son parc mobile s’est établi à 4,32 millions (29,6% de part de marché – PDM) au lieu de 4,4 millions (32,6% de PDM) un trimestre auparavant.

Le taux de pénétration du fixe tombe à 4,24%
Dans l’activité mobile, il faut signaler également que le prépayé (Jawal et Medijahiz) continue de dominer très largement. Il représente 95,4 % du parc, soit près de 14,22 millions de clients, contre 95,01% (12,58 millions de clients) un trimestre auparavant. A fin septembre, le postpayé (abonnements et forfaits) totalisait un parc de 680 000 clients, soit 4,6 % du global.
Cette forte poussée du mobile dans un marché considéré pourtant comme proche de la maturité s’est faite, encore une fois, aux dépens du fixe dont le nombre d’abonnés a fléchi. Ils sont au nombre de 1,27 million à fin septembre 2006, contre 1,34 million une année plus tôt, soit un recul de 5,2 %. En conséquence, le taux de pénétration a lui aussi reculé, passant de 4,50 % en septembre 2005 à 4,38% en juin 2006 et 4,24% en septembre 2006.

Par catégorie de clients, le fixe résidentiel (particuliers) totalise 813 886 abonnés après en avoir perdu 35 589 par rapport à juin. De juin à septembre 2006, le nombre d’abonnés professionnels au fixe est passé de 298 771 à 294 886, soit près de 4 000 en moins, et le parc de publiphones de 164 200 à 158 350, soit 3 000 en moins. Pour les trois catégories, les parts de marché s’établissent respectivement, à fin septembre, à 64,86 %, 22,81 % et 12,32 %.

Donnée importante à signaler : il semble, selon un haut cadre du secteur, que les chiffres arrêtés à juin 2006 ne comprennent ni l’offre Méditel commercialisée sous l’appellation «Tilifoune Dial Dar», ni celle adressée aux entreprises, alors que l’opérateur les présente comme des offres de téléphonie fixe, depuis avril 2006. Selon toute vraisemblance, le régulateur les classe selon des critères technologiques et les place dans le parc mobile, vu qu’elles utilisent une technologie de type GSM.

97% des connexions Internet sont de type ADSL
En ce qui concerne Internet, le marché se maintient sur une courbe ascendante. Comparativement au deuxième trimestre, il a encore progressé de 4,5 % à 357 176 abonnés, soit un gain de 15 317 en trois mois. Le progression est encore plus forte si l’on remonte à une année. Ainsi, le nombre d’abonnés a augmenté de 22,75 % par rapport à fin septembre 2005, période durant laquelle on en comptabilisait 206 452. Ce segment doit cette situation à l’ADSL dont le parc a atteint 348 144 abonnés au troisième trimestre, soit une progression de 32 % par rapport à la même période de l’année précédente et de 9,70 % comparativement à juin 2006. Il n’y a pas de doute que ce sont les offres promotionnelles qui ont boosté le marché. Mais le potentiel de croissance reste très important. C’est dire que l’arrivée des autres opérateurs qui proposeront certainement des offres alléchantes pour se positionner permettra de démocratiser davantage l’internet, dont le nombre d’abonnés bas débit a baissé de 13 253 entre septembre 2005 et le même mois de l’année en cours. Dans le même temps, le nombre d’abonnés disposant de lignes louées recule de 18,8% à 1 034. Aujourd’hui, 97% des connexions Internet sont de type ADSL.