Taux : Bank Al-Maghrib joue la prudence

L’Institut d’émission ne dévie pas d’un iota de sa voie. Il a décidé de maintenir le taux directeur à 2,25%.

On aurait pu croire qu’avec une inflation qui a sensiblement gonflé, un petit tour de vis allait être opéré. L’évolution de la conjoncture économique et des projections macroéconomiques pour les huit prochains trimestres conforte la Banque centrale dans ses choix. En effet, après une accélération sensible au cours du premier semestre, l’inflation s’est inscrite en baisse, passant de 2,5% à 1,1% entre juin et octobre, en raison notamment du recul des prix des produits alimentaires à prix volatils. Elle devrait terminer l’année sur une moyenne de 2%, contre 0,7% en 2017, puis revenir à 1% en 2019 et 1,2% en 2020. Sa composante sous-jacente se situerait, elle, à 1,1% en moyenne cette année, puis à 1% en 2019, pour atteindre 1,6% en 2020. Et comme la croissance devrait, quant à elle, s’établir à 3,3% en 2018, au lieu de 4,1% en 2017, ce n’est absolument pas le moment de renchérir les taux, d’autant plus que la croissance du crédit reste molle.