T. Hejira s’engage à  liquider ses dossiers avant la fin de son mandat

Les dossiers en instance dans les agences urbaines doivent être liquidés avant fin septembre. La résolution de la problématique des logements à  140 000 DH vacants érigée en priorité.

Opération «Zéro placard» au ministère de l’habitat. Le mot d’ordre est clair : d’ici fin septembre, toutes les agences urbaines du Royaume, exceptée celle de Casablanca qui relève du ministère de l’intérieur, doivent avoir bouclé leurs dossiers en instance de traitement, déposés par les promoteurs immobiliers, les architectes et les bureaux d’étude. Pour ce faire, une circulaire fixant les mécanismes permettant le suivi par l’administration centrale de cette opération sera adressée aux agences urbaines. Des missions seront également dépêchées auprès des administrations qui ne parviendraient pas à suivre le rythme du ministère pour les aider à surmonter les difficultés. Autant la direction de l’urbanisme, la direction des affaires juridiques, celle des établissements publics et des participations que la direction de la promotion immobilière pourraient être concernées par ces missions.
En outre, l’Habitat compte imposer aux autorités locales l’activation des guichets uniques, et ce, en les poussant à se prononcer sur l’issue des dossiers pendant la réunion des comités ad hoc constitués à cet effet. Il est aussi prévu la publication des résultats des comités sur les sites des agences urbaines pour plus de transparence et pour permettre un suivi instantané par les architectes et les citoyens du parcours des dossiers étudiés.

13 000 logements à 140 000 DH encore inoccupés

Cette opération, qui vise à fluidifier les octrois d’autorisations (100 000 dossiers sont étudiés chaque année) par les agences urbaines, s’inscrit en fait dans une démarche globale du ministre de l’habitat, Toufiq Hejira, de donner une impulsion à tous les chantiers de son département pour accélérer leur achèvement. Excès de zèle à l’approche des élections ? Point de calculs politiques, assure le ministre. Cette course contre la montre est plutôt dictée par l’accélération de l’agenda politique, rétorque-t-il. Aussi, pour tenir les engagements pris par son département avant l’arrivée du nouveau gouvernement, M. Hejira se dit contraint d’accélérer la cadence. A cet effet, il a condensé tous les objectifs de son département en quelques actions phare. «Les mesures arrêtées existaient déjà, elles sont réalisables sur le très court terme, avec un impact important, et elles ne nécessitent pas d’efforts de financement supplémentaire», souligne-t-il.
En plus de la facilitation des octrois d’autorisation, déclinée à travers l’opération «Zéro placard», l’Habitat souhaite donner un coup de fouet à l’accès des populations cibles aux logements à 140 000 DH. Cela a de quoi étonner, mais, aujourd’hui, 13 000 logements habitables de ce type sont toujours vacants, dont 7 000 unités pour le seul promoteur public Al Omrane. La faute en incombe aux clients qui ont formulé des demandes d’acquisition mais qui n’ont toujours pas payé. Pour gérer cette problématique rendue plus compliquée par une conjoncture sociale délicate, le ministère de l’habitat compte mettre en œuvre un nouveau mode de commercialisation des produits à 140 000 DH et prévoit  la programmation de réunions au niveau des régions accueillant les unités de logement vacantes.
Le logement social à 250 000 DH n’est pas en reste. Sur ce volet, l’idée est de mettre en place des mesures facilitant l’acquisition de ces unités par les fonctionnaires. A cet effet, des accords sont en phase d’être conclus avec les associations des œuvres sociales de plusieurs administrations.

Un nouveau programme d’appui pour l’auto-construction dans le monde rural

Sur un autre chapitre, l’Habitat programme des rencontres pour sensibiliser les investisseurs locaux et étrangers aux nouvelles régions qui seront ouvertes à l’urbanisation sur une superficie totale de 70 285 hectares. A cet égard, une rencontre a été tenue le 24 août dernier avec l’Agence marocaine pour le développement de l’investissement (AMDI) pour mettre en exergue la portée de ces extensions de zones urbanisables. En sus, des accords devraient être conclus avec plusieurs ministères ce mois-ci pour favoriser l’investissement.
Toujours sur le volet de l’investissement, le ministère prévoit des actions au niveau local et central pour accélérer l’ouverture effective des nouvelles régions à l’urbanisation et en circularisant cette démarche auprès des agences urbaines.
Les mesures phare de Hejira profitent aussi au monde rural, avec d’abord l’amorce effective des projets programmés dans le cadre du fonds pour le développement rural. Mais aussi, l’élaboration d’un nouveau programme d’appui architectural dans le cadre de l’auto-construction au profit des populations rurales, afin de permettre à cette population d’accéder à un habitat convenable. Enfin, le ministre de l’habitat espère aboutir à la conclusion d’un accord pour la lutte contre la corruption dans les secteurs de l’urbanisation et de la promotion en collaboration avec l’Instance centrale de lutte contre la corruption… tout en se défendant de céder à tout effet de mode.