Suppression de la TVA : pourquoi la baisse des prix des médicaments n’a pas eu lieu

Les nouveaux prix sont en négociations entre le ministère de la santé et les laboratoires.

Les médicaments anticancéreux et ceux contre l’hépatite B et C sont concernés.

Plus de TVA (7%) sur les médicaments anti-cancéreux et les produits traitant l’hépatite B et C. Cette mesure fiscale, pourtant prévue dans la Loi de finances 2009, ne sera appliquée que dans quelques semaines. Auprès de  la direction du médicament et de la pharmacie du ministère de la santé on explique que si la suppression n’est toujours pas appliquée c’est parce que son entrée en vigueur nécessite une démarche administrative qui est aujourd’hui en cours. La direction du médicament a adressé, en effet, une correspondance aux laboratoires industriels les informant de la nouvelle mesure et les invitant à lui faire parvenir leurs déclarations de prix tenant compte de la suppression de la taxe sur la valeur ajoutée. «Quelques laboratoires nous ont répondu et nous attendons de recevoir toutes les réponses afin de réunir la commission des prix et d’étudier les prix communiqués par les industriels. En cas de désaccord, la direction procédera à ses propres calculs avant de les proposer aux professionnels», explique un responsable de la direction.

Ce dernier précise, par ailleurs, qu’une fois tous les prix validés, un arrêté du ministère de la santé fixant les nouveaux Prix Public Maroc ( PPM) sera publié. Détail important, toutefois : les nouveaux prix ne seront effectivement appliqués que lorsque les laboratoires auront liquidé tous les stocks existants des médicaments concernés comportant l’ancien PPM. Heureusement que ces stocks ne sont pas très importants dans la mesure où les importations d’anti-cancéreux, en raison du prix élevé, se font en quantités limitées et en fonction des besoins.
Combien représentera, au final, cette suppression de la TVA en termes de baisse des prix ? A titre d’exemple, un médicament coûtant 140 dirhams actuellement, affichera 130 dirhams après la suppression de la TVA. Cela dit, le gain pour le patient pourrait être plus conséquent quand on sait que les traitements anti-cancéreux coûtent entre 27 000 et 50 000 DH et ceux de l’hépatite 2 000 DH.

D’un autre côté, les prix de ces traitements devraient connaître d’autres baisses d’ici 2011 puisqu’ils seront d’ici là, pour ceux importés d’Europe, totalement exonérés des droits de douane quand il n’y a pas de génériques fabriqués localement.