SNI cède 27.5% de Cosumar au géant Wilmar pour 2.3 milliards de DH

Le holding ne détient dorénavant que 36.2% du sucrier. Un large consortium d’investisseurs institutionnels marocains contrôlera 26.5% du capital dans un deuxième temps. Cosumar restera contrôlée à  plus de 70% par des Marocains.

SNI se désengage de nouveau d’une filiale mature. Après Lesieur Cristal en 2011, Centrale Laitière et Bimo en 2012, c’est au tour de Cosumar en 2013. Le holding vient de céder 27,5% du capital du sucrier marocain, dont il détenait 63,7% des parts, à Wilmar International, leader asiatique de l’agroalimentaire, pour un montant de 2,3 milliards de DH. L’opération de cession consiste en une transaction en bourse qui ramène la participation de SNI à 36,2% du capital. Et vu le caractère stratégique du secteur sucrier, un autre bloc de 26,5% du capital sera cédé dans un deuxième temps à un large consortium d’investisseurs institutionnels marocains. Ce consortium s’alliera à Wilmar pour former le nouveau noyau majoritaire de Cosumar (54% du capital). Enfin, la participation résiduelle de SNI sera cédée au grand public en vue d’augmenter le flottant de la société en bourse. Pour le géant asiatique, cette opération s’inscrit dans le cadre de sa stratégie d’investissement dans les métiers d’extraction et de raffinage de sucre sur les marchés émergents, notamment l’Afrique. Tandis que du côté de SNI, l’on tient à rappeler que cette quatrième réduction de périmètre va de pair avec la réorganisation du tandem SNI-ONA, annoncée en mars 2010, qui le positionne depuis en tant que holding de portefeuille plus qu’un groupe multi-métiers opérationnel, et dont la mise en œuvre prévoit la cession des participations des sociétés ayant atteint un stade de développement pérenne.

Cosumar profitera de l’expertise de Wilmar pour améliorer ses process

En plus de la contrepartie en devises du prix de la transaction qui viendra renflouer les réserves de change du Maroc, Cosumar disposera à l’issue de ce montage d’une nouvelle gouvernance organisée autour d’un bloc partagé entre Wilmar et les investisseurs marocains, tout en restant contrôlée à plus de 70% par des nationaux. Le sucrier marocain mettra à profit l’expertise de Wilmar dans tous les process, notamment le traitement des plantes sucrières en s’appuyant sur le savoir-faire du leader asiatique en matière de raffinage pour l’optimisation de l’outil industriel. De surcroît, ce partenariat devra permettre à Cosumar de concrétiser ses velléités de conquête des marchés africains, du moment que Wilmar International est stratégiquement tourné vers le continent.

Rappelons que Wilmar est le plus grand groupe d’agro-business en Asie, avec un chiffre d’affaires de 46 milliards de dollars pour un résultat net de 1,3 milliard, des effectifs de 93 000 personnes et 450 sites de production à travers le monde. L’action Wilmar International est cotée sur la place de Singapour. La capitalisation boursière du groupe est d’environ 18 milliards de dollars.