Six projets immobiliers décrochent le label FNPI

Dar Essalam du groupe Alliances à  Rabat, Résidence Amine du groupe Al Amane à  Marrakech, Casa View du groupe KLK et Fal El Hna dans sa tranche D à  Casablanca sont récompensés pour la phase préalable à  l’achèvement des gros Å“uvres. La tranche E de Fal El Hna et les Terrasses de Dar Bouazza à  Casablanca certifiés au titre de l’achèvement et du début de commercialisation.

Alors que l’annonce devait se faire en juin dernier, la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI) n’a communiqué que ces derniers jours sur les tous premiers projets ayant décroché le label Iltizam récompensant les programmes se conformant à un haut niveau de qualité. Le calendrier d’annonce initial a été décalé car certains membres du comité d’octroi du label (regroupant entre autres les ministères de l’habitat et de l’énergie) ont souhaité avoir un supplément d’information sur les candidats, explique-t-on auprès de la FNPI. Aussi, des audits additionnels ont été menés à leur demande, ce qui a requis plus de temps. Ces adaptations demeurent du reste normales pour un dispositif en rodage, d’autant plus que «le nombre de programmes qui se sont portés candidats pour l’obtention du label est conséquent», assure-t-on auprès de la fédération. Mais le jury du label s’est montré visiblement très sélectif puisque seuls 6 projets ont au final pu décrocher le sésame.

Il s’agit de la tranche E de Fal El Hna, un programme développé par le groupe El Fal à Aïn Sebâa à Casablanca. Au passage, signalons que ce même projet a bénéficié en 2012 d’une subvention de 800 000 euros (près de 8,9 MDH) accordée par la délégation de l’Union Européenne dans le cadre d’un appel à proposition pour des projets de démonstration de l’efficacité énergétique dans le bâtiment, lancé en partenariat avec l’Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (ADEREE), qui fait d’ailleurs parti du comité d’octroi du label Iltizam. Le deuxième projet est Les Terrasses de Dar Bouazza réalisé par Al Akaria li Taamir. Ces deux premiers programmes qui ont déjà obtenu le permis d’habiter et qui sont actuellement en cours de commercialisation ne sont labellisés qu’au titre de cet état d’avancement. Car il faut savoir que différents types de certifications sont prévus en fonction de l’avancement des projets. Pour les projets qui en sont encore à leur début, dont les gros œuvres n’ont pas encore été achevés, la récompense accordée consiste en une pré-labellisation. Quatre projets ont été distingués dans ce sens, à savoir les terrasses de Dar Essalam développé par le groupe Alliances à Rabat, la tranche D de Fal el Hna cité précédemment, le projet Résidence Amine à Marrakech du Groupe Al Amane et enfin Casa View du Groupe KLK Immobilier. En fin de cycle de développement, ces programmes sont encore appelés à satisfaire à un dernier audit en vue de décrocher une post-labellisation qui doit avoir lieu après la livraison d’au moins 50% des clients.

109 critères étudiés avant l’octroi du label

En théorie, tout projet candidat à la certification doit être audité tout au long du développement pour décrocher les trois types de label (pré-labellisation, labellisation et post-labellisation). Cependant, cette première édition est gérée de manière spécifique pour permettre à des projets à différentes phases d’avancement de soumissionner.
Pour décider de l’octroi du label, 109 critères sont scrutés au niveau de chaque projet. Ceux-ci concernent la transparence ainsi que le respect des exigences réglementaires et légales, les exigences techniques et normatives, les assurances, la santé et sécurité et enfin l’innovation et le développement durable. Pour apprécier tous ces aspects, l’on pose aux promoteurs un ensemble de questions directes. Exemple : les supports de publicité reflètent-ils la réalité du projet ? Et les réponses des développeurs sont bien évidemment vérifiées par la suite sur le terrain par des certificateurs. Cette tâche est prise en charge par l’Association des Certificateurs du Maroc (ACM) qui compte entre autres membres Bureau Veritas, Moody’s Maroc, SGS… Au moins deux cabinets membres de l’association sont impliqués dans l’audit de chaque projet et travaillent de manière autonome, assure-t-on auprès de la FNPI.

Reste maintenant à voir comment réagira le marché à cette nouvelle certification. En plus de niveler l’offre par le haut, l’on s’attend à ce que le label profite à la commercialisation des projets. Les promoteurs souhaitant le décrocher doivent néanmoins concéder un petit investissement. Une cotisation calculée en fonction du nombre et du type de logements dont le montant varie de 25 000 DH à 200 000 DH doit en effet être versée à la fédération. Ce à quoi s’ajoute un coût de certification revenant à l’ACM qui s’élève à 7 000 DH hors taxe/jour-homme.