Sidi Othmane : une zone de 307 hectares sera ouverte à  l’urbanisation

La surface additionnelle sera grignotée sur les zones périphériques rurales. Le nouveau plan fait la part belle aux immeubles collectifs de R+2 à  R+5. La zone d’activité économique « El Hantate » sera requalifiée par la création d’un espace d’activité commerciale et tertiaire.

Doter l’arrondissement de Sidi Othmane (désormais limité au nord par l’autoroute urbaine, à l’est par le boulevard Akid Al Allam, à l’ouest par l’avenue Al Joulane et au sud par la rocade autoroutière) d’un plan d’aménagement est en soi un grand changement étant donné que l’ancien plan de 1989 regroupait les deux arrondissements de Sidi Othmane et Moulay Rachid. Il n’empêche que le nouveau plan du secteur fait dans la continuité. Il confirme en effet la centralité urbaine existante représentée par le quartier administratif qui accueille notamment le siège de la préfecture et les équipements publics les plus importants. Cette centralité administrative s’étend même au plan économique dans la zone d’activité où se situent les grandes surfaces de distribution commerciale : marché de gros, centre commercial Marjane ainsi que les abattoirs et la zone d’Al-Hantate.

Du changement est néanmoins prévu dans cette dernière zone, à savoir que le nouveau plan prévoit sa mise à niveau et sa requalification par la libération du site abritant l’activité des ferrailleurs qui sera remplacée par un grand jardin public (voir aussi le plan d’aménagement de Sbata). Plus encore, c’est toute une nouvelle zone d’activité commerciale et tertiaire qui est prévue par le nouveau plan.

Sur le volet résidentiel, les initiateurs du nouvel aménagement semblent surtout avoir privilégié l’installation d’immeubles collectifs d’une hauteur allant de R+2 à R+5. L’idée est en fait de revoir du tout au tout la conception du tissu résidentiel pour le requalifier à travers une plus grande cohérence architecturale, une amélioration du paysage ainsi que la résorption de l’habitat insalubre. Il faut en effet rappeler que bien qu’étant diversifiés, les logements du secteur sont vieux : 60% du parc a entre 20 et 49 ans et 11% dépassent les 50 ans selon le diagnostic dressé par les initiateurs du nouveau plan.

Mais les nouveaux aménagements du plan au volet résidentiel semblent également être dictés par l’évolution démographique prévue pour Sidi Othmane. La densité au niveau du territoire existant devrait en effet être portée de 354 habitants à l’hectare actuellement à 377 habitants à l’horizon 2020. Et c’est à dessein que 307 hectares nouvellement ouverts à l’urbanisation et consistant en extension pour le secteur sont prévus dans le nouveau plan, étant à préciser que ces surfaces ont été grignotées pour la plupart sur les zones périphériques rurales.

Au volet des espaces verts, notons que le nouveau plan délimite la partie sud du secteur par une bande verte longeant la rocade sud. Selon le nouvel aménagement, celle-ci devrait être prolongée à travers toute la partie sud qui devrait être restructurée par une série d’espaces verts publics et des places plantées.