SIAM : grande affluence au pôle élevage

Les effectifs des bêtes et les races présentées ont été substantiellement augmentés. Le salon est un lieu privilégié pour informer les éleveurs.

Cette 9e édition du SIAM confirme la règle. Le pôle élevage reste l’un des plus visités, aussi bien par les professionnels que par le grand public. Cette année, ce pôle s’étend sur une superficie de 20 400 m², en hausse de 131% par rapport à l’édition précédente.

Il accueille une exposition animalière représentative de l’élevage marocain et international, ainsi que toutes les activités vétérinaires et d’alimentation animale. Selon Saïd Tazi, chef de division filières animales au ministère de l’agriculture et de la pêche maritime (MAPM), « cet accroissement de l’espace a permis une augmentation substantielle de l’effectif présenté. Ainsi, le nombre de bovins laitiers a augmenté de plus de 30% pour atteindre 140 têtes, essentiellement de deux races: Montbéliarde et Holstein.

Pour la filière viande bovine, l’effectif s’est accru de 50%, en passant de 60 bêtes en 2013 à 90 aujourd’hui». De même, les camelins, originaires principalement des provinces du sud, sont toujours bien présents mais leur nombre n’a pas varié par rapport à l’édition précédente.

La présence ovine et caprine a par contre augmenté de 10%, à 269 animaux de haute valeur génétique présentés par 73 éleveurs exposants. Cet effectif se répartit entre 163 têtes d’ovins de différentes races présentées par 42 éleveurs, et 106 caprins, toutes races confondues, présentés par 31 éleveurs.

Selon Mustapha Abidi, directeur technique de l’Association nationale ovine et caprine (Anoc), ce type d’élevage est une vitrine de la biodiversité du patrimoine national ovin et caprin puisqu’en plus du développement territorial autour des races ovines et caprines traditionnelles (Sardi, Timahdit…), d’autres races de terroir font l’objet de démarches de reconnaissance (Siroua, Lghazzalia…).

En tout cas, «le SIAM a eu des résultats très positifs sur la filière animale», souligne M. Tazi. C’est en effet un lieu où les éleveurs sont informés des caractéristiques des meilleures bêtes et prennent contact avec les associations, soit pour l’acquisition d’animaux améliorés, soit pour s’informer des nouvelles techniques de conduite ou sur l’achat du matériel qui leur est nécessaire.

Le Maroc compte plus de 25 millions de têtes, dont 2,8 millions de bovins, 17,1 millions d’ovins, 5,1 millions de caprins et 180 000 camelins. Le secteur génère un chiffre d’affaires annuel de 20 milliards.