Settat, une ville pratiquement sans hôtels !

La ville compte aujourd’hui moins de 100 lits classés. La Vision 2020 prévoit des projets pour la région Chaouia-Ouardigha mais dans les villes du littoral.

S’il y a une ville qui dispose d’atouts touristiques importants mais inexploités, c’est bien Settat. Ville de passage par excellence, située à une cinquantaine de kilomètres de Casablanca à laquelle elle est reliée par autoroute, la capitale de la Chaouia, qui compte aujourd’hui quelque 120 000 habitants et qui se positionne de plus en plus, avec Berrechid, comme un pôle industriel régional, ne dispose cependant pas d’infrastructures hôtelières. En effet, en 2008, on y recensait 3 hôtels seulement (un 4*, un 3* et un 1*) qui totalisaient 198 lits classés. Aujourd’hui, suite à la fermeture de l’établissement 4*, en l’occurrence l’Hôtel du Parc, la capacité s’est réduite à moins de 100 lits classés, sachant que ce 4* représentait à lui seul 42% de la capacité totale. Signalons au passage que l’Hôtel du Parc, bâti sur un terrain appartenant aux Eaux et Forêts qui l’avaient cédé en jouissance à la Commune de Settat, laquelle l’avait confié à un promoteur pour la construction de cet hôtel, est aujourd’hui l’objet d’un double litige : entre la Commune et les Eaux et Forêts qui veulent récupérer leur terrain, et entre la Commune et l’hôtelier qui ne paierait plus ses redevances à la Commune. Une affaire qui devra être résolue par les tribunaux, mais qui pour l’instant s’est soldée par la fermeture de l’établissement hôtelier.

Un projet d’extension du golf et de construction d’un hôtel est programmé

Dans ces conditions, il est difficile de promouvoir cette ville en attirant des investisseurs hôteliers, car «elle se heurte en premier lieu à un problème de rareté et donc de cherté du foncier», explique Said Aqri, directeur du Centre régional d’investissement (CRI) de la région de Chaouia-Ouardigha. Néanmoins, souligne-t-il, il existe aujourd’hui quelques projets qui vont se traduire par l’augmentation de la capacité d’hébergement de la ville dont l’extension du golf de Settat qui inclut aussi la construction d’un hôtel 5 ou 4*.

Par ailleurs, la Vision 2020 a prévu une meilleure valorisation de la région Chaouia-Ouardigha, notamment en augmentant la capacité d’hébergement qui est l’une des plus faibles du pays. Mais dans ce vaste espace géographique qui englobe Benslimane, Bouznika, Sidi Rahal, Khouribga et Settat, cette dernière se trouve fortement concurrencée par les villes du littoral, c’est-à-dire Bouznika pour ce qui est de l’immobilier de luxe et Sidi Rahal pour le résidentiel moyenne gamme. Les villes de l’intérieur, Settat et Khouribga notamment, devraient donc s’appuyer sur des activités de niches et la valorisation de l’arrière-pays (chasse, pêche, randonnées, golf, cheval, etc.). Au niveau du CRI, on recense une quinzaine de projets touristiques agréés pour la région, mais en dehors de Settat.