Sauf contretemps, l’horaire continu dans les banques démarrera le 2 janvier

Une convention devrait être signée entre le GPBM et l’Usib vers le 20 décembre prochain.
La prime de panier coûtera 100 MDH par an pour les grandes banques, 25
MDH pour les petites.

Le projet d’application de l’horaire continu dans le secteur bancaire, qui moisit dans les tiroirs depuis plus d’une dizaine d’années, deviendra-t-il enfin réalité ? Après l’expérience de 2005, qui a vite tourné court – le système n’a duré que 9 jours – en raison de l’opposition de l’Union syndicale interbancaire (Usib) affiliée à l’Union marocaine du travail (UMT), il semble que cette fois-ci soit la bonne. Après trois réunions tenues entre l’Usib et le GPBM (Groupement professionnel des banques du Maroc), les deux parties sont sur le point de finaliser une convention qui devrait être signée vers le 20 décembre prochain pour une mise en application du système le 2 janvier 2007 (le 1er janvier étant férié). Ce timing est confirmé par le secrétaire général de l’Usib lui-même, Farouk Chahir, tandis qu’au GPBM on n’infirme ni ne confirme, en affichant toutefois un accord sur le principe. Les deux parties sont même tombées d’accord, confie M. Chahir, sur la création d’un observatoire qui aura pour tâche de suivre l’application de l’horaire continu.

Flexibilité pour la prière du vendredi
Cependant, en dépit de l’optimisme affiché par les uns et les autres quant à l’aboutissement de ce dossier, il y a encore loin de la coupe aux lèvres. Les mêmes causes qui ont été à l’origine de l’échec de l’expérience de l’été 2005 sont toujours là. Et elles portent essentiellement sur l’organisation de la journée de travail. Alors que le GPBM a proposé une journée démarrant à 8 h pour s’achever à 16 h 45, entrecoupée d’une pause déjeuner de 30 mn, l’Usib, quant à elle, est pour un horaire 8 h-16 h 30. On peut penser que des concessions peuvent être faites de part et d’autre sur ce quart d’heure de discorde, mais le problème qui paraît le plus ardu concerne cette fois l’heure de fermeture des guichets pour la clientèle : une demi-heure avant la sortie, propose le GPBM, qui juge ce délai suffisant pour arrêter les opérations de la journée, compte tenu des moyens informatiques aujourd’hui disponibles ; une heure demande l’Usib qui, se basant sur l’expérience de l’horaire continue d’été, craint que les employés ne soient obligés de prolonger indûment leur journée de travail. Et cela vaut surtout pour le personnel des agences.

S’agissant de l’arrêt pour la prière du vendredi, l’Usib est favorable à une «flexibilité» sur ce point, ce sur quoi le GPBM serait d’accord.
Le GPBM pour une prime de panier au personnel des agences
Reste la question de la restauration. Pour le personnel opérant dans les sièges, le problème ne se pose pas puisqu’une subvention de 15 à 25 DH par personne – selon les banques – lui est accordée pour prendre le repas sur place. S’agissant en revanche des employés exerçant dans les agences, le GPBM serait favorable à une extension à ce personnel du privilège de la subvention sous forme de prime de panier. Auprès des DRH de plusieurs banques, on parle de 20 DH par personne, mais les dirigeants des banques trouvent que le coût est élevé. Selon des simulations faites, cette mesure coûterait quelque 100 millions de DH aux grandes banques et environ 25 millions de DH aux petites.

On le voit, tout n’est pas encore tout à fait au point, mais à entendre les protagonistes, la volonté existe des deux côtés d’aplanir les divergences qui les opposent encore. Selon un membre de la commission de négociation, «l’objectif, des deux côtés, est d’adopter l’horaire continu. Si les négociations débordent sur le mois de décembre, la mise en place du nouvel horaire sera décalée de quelques jours, pas plus»