SanTéV, média pour les professionnels de la santé, développe son audience

La chaîne est diffusée dans 100 cabinets privés et vise les 400 d’ici fin 2017. Un partenariat est en cours de concrétisation avec le ministère de la santé pour la diffusion du contenu de la chaîne dans les hôpitaux publics.

Les professionnels de la santé ont depuis quelque temps leur propre relais de communication audiovisuel. Baptisée SanTéV, cette chaîne de télévision diffuse ses émissions exclusivement dans les salles d’attente de cabinets médicaux. «La création de cette chaîne a pour objectif de rendre le temps d’attente chez un médecin plus intéressant et constructif», explique Amine Sebti, fondateur et DG de la chaîne. Et d’ajouter : «La population cible de notre chaîne sont les femmes puisque ce sont elles qui prennent en charge la santé de la famille». Afin d’atteindre cette population de manière ciblée, le programme est donc diffusé chez trois types de médecins spécialistes, en l’occurrence les pédiatres, les gynécologues et les dermatologues. Et pour cause, «dans les salles d’attente de ces trois spécialistes on ne trouve presque que des femmes», développe-t-il.

Le contenu de la chaîne est constitué de capsules courtes (4 minutes en moyenne) en français et en darija. Ces émissions produites par des professionnels du monde médical et paramédical visent à éduquer les téléspectateurs sur les questions de la santé, mais aussi leur offrir des conseils pratiques pour la vie quotidienne.

Une audience mensuelle de 60 000 téléspectateurs

Près de deux ans après son lancement (mars 2014), la chaîne est présente chez une centaine de médecins, pour une audience mensuelle de 60000 personnes. En 2017, elle ambitionne d’installer ses boîtiers comprenant des capsules produites en propre et renouvelées mensuellement dans les salles d’attente des 400 cabinets privés de dermatologie, gynécologie et pédiatrie de Casablanca. L’objectif est d’atteindre un millier de cabinets privés installés dans les grandes villes du Maroc (Casablanca, Rabat, Marrakech, Meknès, Tanger…).

La chaîne pourrait également être diffusée dans les hôpitaux publics à partir de 2017. «Nous avons collaboré avec le ministère de la santé cette année en diffusant l’une de leur capsule éducative. Cette collaboration nous a permis d’engager des pourparlers pour installer nos boîtiers dans les salles d’attente des CHU et annexes médicales. Ce projet pourrait aboutir après la constitution du gouvernement», confie Amine Sebti. Grâce à ce partenariat, la chaîne veut augmenter son taux d’audience et par ricochet trouver des sources de financement. Le business model de SanTéV est basé sur la vente de publicité à quatre types d’annonceurs. D’abord des laboratoires médicaux qui font de la publicité, soit en contribuant à la réalisation des capsules, soit en communiquant sur des produits médicaux grand public ne nécessitant pas une prescription médicale. Ensuite, il y a les assurances, les écoles et les sociétés de distribution de produits de grande consommation qui proposent, entre autres, des produits de parapharmacie et de puériculture.